Russie
URL courte
Par
4327713
S'abonner

La présidence russe a commenté les menaces de Washington et la déclaration du Haut représentant de l’UE Josep Borrell relatives à l’état de santé de l’opposant russe Alexeï Navalny, lequel purge une peine de prison ferme pour escroquerie.

L’état de santé des personnes purgeant leur peine en Russie ne devrait pas exciter l’intérêt des pays étrangers, a déclaré ce lundi 19 avril le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, commentant les récentes déclarations de haut responsables étrangers sur les conditions de détention de l’opposant russe Alexeï Navalny.

«Nous ne tenons pas compte de déclarations pareilles faites par les représentants de pays étrangers. L’état de santé des personnes condamnées et détenues sur le territoire de la Fédération de Russie ne peut et ne doit pas faire l’objet de leur attention», a indiqué M.Peskov devant les journalistes.

Menaces US et nouvelles sanctions en perspective

Le conseiller du Président américain pour la Sécurité nationale, Jake Sullivan, a menacé Moscou le 18 avril de «conséquences» si Alexeï Navalny mourait. Il a refusé de préciser quelles seraient les éventuelles sanctions, tout en notant que Washington étudiait plusieurs options.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE aborderont aussi le sujet de l’état de santé de M.Navalny ce 19 avril, à Bruxelles; des sanctions pourraient s’ensuivre.

État de santé de Navalny

Alexeï Navalny, 44 ans, reconnu coupable d’escroquerie dans l’affaire Yves Rocher et condamné à 3 ans et demi de détention avec sursis en 2014, est derrière les barreaux depuis février. Début 2021, il a vu remplacer sa peine avec sursis par de la prison ferme pour deux ans et huit mois, suite à sa violation des conditions de son contrôle judiciaire.

L’opposant, qui se plaint de douleurs au dos et aux jambes, accuse les autorités de la prison de refuser de le soigner correctement. Il mène depuis le 31 mars une grève de la faim. Le 17 avril, le médecin personnel de M.Navalny a affirmé que, d’après les résultats des tests qu'il avait reçus de sa famille, son patient risquait un arrêt cardiaque et souffrirait d’une insuffisance rénale.

Les autorités carcérales russes ont annoncé ce lundi 19 avril avoir transféré Navalny dans une unité de soins où il recevrait une vitaminothérapie.

Andreï Keline, l’ambassadeur de Russie à Londres, avait précédemment indiqué à la BBC que Moscou ne permettrait pas qu’Alexeï Navalny décède en prison.

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Tags:
Dmitri Peskov, Union européenne (UE), Alexeï Navalny, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook