Russie
URL courte
Par
81113
S'abonner

Alors que les relations entre la Russie et les États-Unis sont au plus bas, l'ambassade américaine à Moscou va réduire son personnel de 75%. À partir du 12 mai, plusieurs services consulaires, dont la délivrance de visas non immigrants et non diplomatiques, seront interrompus.

L'ambassade américaine à Moscou réduira de 75% son personnel après que la Russie a interdit d’embaucher des employés russes à plusieurs missions diplomatiques, rapporte la représentation diplomatique. Une décision qui survient sur fond des tensions entre la Russie et les États-Unis.

«Nous regrettons que les actions du gouvernement russe nous aient obligés à réduire notre personnel consulaire de 75%, et nous essaierons d'offrir aux citoyens américains autant de services que possible», indique l’ambassade dans un communiqué publié ce vendredi 30 avril.

De plus, à compter du 12 mai, le nombre de services consulaires sera réduit en raison de ces restrictions.

«À partir du 12 mai, l'ambassade américaine à Moscou réduira le nombre de services consulaires offerts, sauf les services d'urgence pour les citoyens américains et un nombre très limité de visas immigrants», précise la note.

La mission diplomatique suspend également l'examen des documents pour les visas qui ne sont pas destinés aux visas non-immigrants et non diplomatiques, et recommande aux Américains qui se trouvent en Russie avec des visas expirés de quitter la Russie avant le 15 juin, date limite fixée par le gouvernement russe.

Commentant cette réduction du personnel, le ministre russe des Affaires étrangères note sur sa chaîne Telegram que rien n'empêche les États-Unis de compléter le personnel de leur ambassade à Moscou aux dépens des diplomates américains et de reprendre un travail consulaire normal.

«Sans les 400 employés parmi les citoyens russes embauchés sur place, 280 personnes officiellement accréditées avec des passeports diplomatiques et de service américains y resteront. Le quota pour les États-Unis s'élève désormais à 455 personnes. Autrement dit, combler le déficit qui s'est formé et reprendre un travail consulaire normal ne devrait pas être un problème», a ajouté le ministre.

Modification des modalités d’embauche

Cette décision fait suite à un décret signé par Vladimir Poutine modifiant les modalités d’embauche de certaines missions diplomatiques. Il a été adopté en réponse «aux actes inamicaux» des États-Unis et d’autres pays.

Selon ce décret publié le 23 avril, les missions diplomatiques, consulats et délégations représentant des organismes publics des États concernés ont des capacités réduites pour conclure tout type de contrat de travail avec des personnes physiques sur le territoire russe.

Le gouvernement russe détermine également le nombre de personnes physiques présentes en Russie susceptibles de pouvoir conclure des contrats de travail, note le document.

Tensions russo-américaines

L'aggravation des tensions russo-américaines a eu lieu le 15 avril, lorsque les États-Unis ont introduit de nouvelles sanctions visant 32 personnes physiques et morales, et expulsé dix diplomates russes, accusant Moscou notamment d’ingérence dans la présidentielle 2020 et d’être à l’origine d’une cyberattaque de masse.

En conformité avec le principe de réciprocité, dix diplomates de l’ambassade des États-Unis en Russie ont été désignés personae non gratae. Ils doivent quitter le pays avant le 21 mai.

Le ministère russe des Affaires étrangères a précisé que cette mesure représentait une réponse symétrique aux «actions hostiles de la partie américaine contre nombre de diplomates de l'ambassade de Russie à Washington et du consulat général de Russie à New York qui ont été déclarés sans fondement personae non gratae».

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Tags:
ambassade, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook