Russie
URL courte
Par
5493
S'abonner

Qualifiée par le ministre de l’Industrie et du Commerce de «la plus russe» des automobiles, la première marque russe de véhicules de classe prémium a lancé sa production en série. Ses projets de conquête des marchés étrangers ont à cette occasion été dévoilés.

La fabrication en série des berlines de luxe Aurus Senat est désormais sur les rails: ce lundi, le coup d’envoi à l’assemblage de cette automobile -de la famille à laquelle appartient la fameuse limousine dite de Poutine- a été donné dans la république russe du Tatarstan et ce, en se servant d’outils industriels de la joint-venture du russe Sollers et l’américain Ford.

Cap sur les composants locaux

Déjà à ce stade, alors que la fabrication n’en est qu’à ses débuts, le niveau de composants et technologies produits localement est évalué à 3.700 points, a expliqué dans une interview au journal Vedomosti le ministre de l’Industrie et du Commerce Denis Mantourov, soulignant que c’est un indice élevé pour le domaine. Ainsi, pour Lada Vesta, la famille d’automobiles de cette marque du Groupe Renault, il est de 3.300 points.

À l’horizon 2023, il est prévu de faire élever ce niveau à plus de 5.500 points, soit à quelque 80%.

«On peut dire que pour la première fois de l’histoire de la Russie, toute une lignée d’automobiles de classe prémium a été conçue en Russie pratiquement à partir de zéro. Notamment, une plateforme unie a été conçue spécialement pour eux, un design reconnaissable, et à mon avis traditionnel pour les véhicules de classe prémium, a été prévu pour eux», s’est félicité le Président russe qui a participé à l’inauguration par visioconférence.

Projets de commercialisation à l’étranger

Le directeur de la joint-venture Sollers Ford et d’Aurus, Adil Chirinov a expliqué aux journalistes que les premières automobiles arriveraient dans les salons dès la semaine prochaine, ajoutant qu’il est d’ailleurs prévu d’exporter jusqu’à 70% des véhicules de cette gamme. À l’avenir, ce taux pourrait être relevé à 80%.

«En ce qui concerne l’exportation, à ce jour, un travail plein format est en cours et [figurent en tête, ndlr] le Proche-Orient et l’Afrique du Nord - nos principaux efforts sont concentrés là-dessus et notre objectif est d’arriver sur ce marché vers la fin de l’année en cours et en 2022», a-t-il expliqué.

Ensuite vient l’Asie, principalement le marché chinois, et après l’attention se portera sur ceux d’Europe, d’Amérique du Nord et ainsi de suite, a-t-il décliné.

Famille Aurus

Comptant dans ses rangs différents types de véhicules de classe premium allant des limousines et tout-terrain aux berlines, motos et hélicoptères, la famille Aurus, initialement connue comme projet Kortezh, est réalisée depuis 2012 sur ordre du Président russe par l'Institut central de recherche scientifique et automobile de Moscou (NAMI), avec la contribution de Sollers et du Fonds émirati Tawazun. Les investissements de l’État dans le projet s’élèvent à 12,4 milliards de roubles (quelques 138,7 millions d’euros, selon le taux de change actuel).

Selon Adil Chirinov, les investissements dans le lancement de la production constituent pas plus de 2 milliards de roubles (22 millions d’euros), dépenses qu’il est prévu de recouvrir en 6 ans.

Le prix de la berline Aurus Senat de base est de 18 millions de roubles, soit plus de 200.000 euros.

Dès 2022, l’usine du Tatarstan, dont la capacité d’assemblage est évaluée à 5.000 véhicules par an, est censée produire les tout-terrain Aurus Komendant.

Lire aussi:

Orage dans le Doubs: des grêlons géants brisent tout – photos
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
Tags:
exportations, Russie, Aurus, Aurus Senat
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook