Russie
URL courte
Par
5619
S'abonner

La Russie va créer des sites de production d’œufs de poulet embryonnés, nécessaires pour la fabrication de vaccins. Tout en assurant l’autosuffisance en œufs alimentaires, la Russie continue pour l’instant d’acquérir à l’étranger ce type d’œufs pour des laboratoires. Le projet permettra de satisfaire des besoins nationaux et renforcer l’export.

Les premières unités de production russes d’œufs de poulet embryonnés, indispensables pour l’injection des virus vaccinaux, vont démarrer prochainement autour de Saint-Pétersbourg, une nouvelle qui vient du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF 2021).

Le projet sera coordonné par les autorités de la région de Léningrad et le Centre de recherche des vaccins et des sérums de Saint-Pétersbourg (SPbSRIVS) qui viennent de signer, dans le cadre du SPIEF 2021, un accord en la matière.

Le document prévoit la construction dans la région de Léningrad de 15 à 20 exploitations agricoles spécialisées avec un volume total de production pouvant aller jusqu’à 140 millions d’œufs d’incubation par an. Des investissements d’un montant d’environ 17 millions d’euros seront attirés pour réaliser le projet.

«Avec cet accord, nous jetons des bases pour le développement d’une nouvelle branche de l’industrie agro-alimentaire nationale. Des couvoirs qu’on va créer dans la région de Léningrad vont assurer l’indépendance des producteurs [de vaccins, ndlr] russes des livraisons étrangères [d’œufs embryonnés, ndlr] pour garantir une bonne qualité de vaccins fabriqués [en Russie, ndlr] et ouvrir aux préparations russes l’accès sur le marché mondial», a annoncé le gouverneur de la région de Léningrad Alexandre Drozdenko.

Faute de sites spéciaux de production, la Russie importe pour l’instant des œufs pour des laboratoires nationaux, un facteur qui limite les capacités d’exportations de vaccins russes, selon le directeur du SPbSRIVS Viktor Troukhine.

«En tant qu’exportateurs de notre vaccin contre la grippe à l’étranger, nous sommes pleinement intéressés au succès de cette initiative», a souligné M.Troukhine.

L’histoire du SPbSRIVS a débuté en 1886 avec la création des premières stations de vaccination en Russie, dites «Pasteur». Cet Institut de recherches scientifiques est actuellement un des leaders de l’immunobiologie russe, qui produit et exporte des vaccins anti-grippaux. Selon l’accord signé, le SPbSRIVS va élaborer des standards pour de nouvelles unités de fabrication, qui, par leur caractère, doivent répondre à de multiples critères stricts de biosécurité et de contrôles sanitaires.

«Les agriculteurs russes remercient les USA et l’UE»

Des sujets relatifs au développement du secteur agro-alimentaire russe ont également été abordés au SPIEF 2021 par le chef du service fédéral pour le contrôle vétérinaire et phytosanitaire de la Russie Sergueï Dankvert.

M.Dankvert a souligné que, malgré l’absence à ce jour de production d’œufs de poulet embryonnés pour les laboratoires, la Russie couvre complètement ses besoins nationaux en œufs alimentaires.

Une fois de plus, le haut fonctionnaire russe a constaté une influence bénéfique des sanctions antirusses, déployées par l’Union européenne et les États-Unis, sur la croissance de l’industrie agro-alimentaire en Russie.

«Les agriculteurs russes remercient les États-Unis et l’UE», a lancé Sergueï Dankvert au média russe RBC.

Lire aussi:

«Ils profitaient des USA»: Trump se lâche contre Macron et les dirigeants européens
Francis Lalanne choque en liant le malaise cardiaque d’Eriksen au vaccin anti-Covid
Le geste désespéré d’un Algérien en situation irrégulière qui voulait quitter la France
Le général Lecointre quitte son poste au commandement des armées
Tags:
sanctions antirusses, production, agroalimentaire, vaccin, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook