Russie
URL courte
Par
237922
S'abonner

Face à la conquête de Mars engagée par les États-Unis, la Chine, l’Europe et les Émirats arabes unis, la Russie fait également part de ses projets, pour le moins ambitieux, concernant la planète rouge. Ainsi, l’agence spatiale russe propose d’assurer l’électricité sur la future base martienne à l’aide… d’une centrale nucléaire.

Bientôt une centrale nucléaire sur Mars? C’est du moins ce que propose un bureau d’études affilié à l’agence spatiale russe Roscosmos, dans les documents que Sputnik a pu consulter.

Le projet est censé alimenter en électricité la future base russe sur Mars.

Comme réacteur, les scientifiques proposent d'utiliser des technologies développées pour le remorqueur spatial nucléaire Zeus qui livrera la centrale nucléaire sur l’orbite, puis larguera en parachute sur la surface de la planète.

Le remorqueur permettra d'organiser un canal de transmission de données à haut débit vers la Terre depuis Mars et les engins spatiaux en orbite, indiquent les scientifiques du bureau d'études Arsenal qui élabore le projet.

Roscosmos a annoncé en octobre 2020 la création d'un remorqueur nucléaire. L’agence a expliqué qu’il s’agissait d'un complexe spatial avec un module de transport et d'énergie. Il fonctionnera sur la base d'une centrale nucléaire. Le remorqueur pourra être utilisé pour des vols vers d'autres planètes du système solaire.

À la conquête de Mars

Cette nouvelle intervient alors que plusieurs pays, dont les États-Unis, la Russie, la Chine, ne cachent pas leurs ambitions d’exploration de la planète rouge, considérée comme l’une des étapes décisives de la conquête de l’espace.

Après les États-Unis qui ont fait atterrir le 19 février leur rover Perseverance sur Mars, l’empire du Milieu est devenu le deuxième pays du monde à réussir à poser un robot téléguidé. Le 15 mai, Zhurong, baptisé d'après la divinité du feu et de la lumière, a atterri sur une zone de la planète rouge nommée Utopia Planitia, vaste plaine située dans son hémisphère Nord.

La Russie est actuellement en train d’élaborer un lanceur spatial super-lourd destiné aux missions lunaires et martiennes. Selon le commandant de bord du secteur russe de l’ISS, sa charge utile pourrait atteindre 200 tonnes, contre 140 tonnes pour le lanceur américain Saturne V.

Lire aussi:

L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Pass sanitaire: des sanctions «totalement disproportionnées» pour les récalcitrants?
Tags:
Holding spatial russe Roscosmos, Mars, Russie, espace
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook