Une ambulance

Samara modernise son service d'ambulance à la veille du Mondial 2018

© Sputnik. Natalia Silvestrova
Samara
URL courte
La Russie, pays hôte du Mondial 2018 (128)
280

Un Centre de contrôle du service d'ambulance sera créé à Samara, ville qui se prépare à accueillir des matchs de la Coupe du Monde de football 2018.

Pour assurer le fonctionnement ininterrompu du service d'ambulance lors du Mondial 2018, les autorités de Samara envisagent de créer un centre de contrôle unifié, informe l'agence de presse Regnum.

Parmi les premières étapes de la création du centre de contrôle figure l'équipement des équipes d'ambulanciers de radios bidirectionnelles qui leur permettront d'être toujours en contact avec le centre grâce à une connexion stable et sécurisée. En outre, le réseau radio sera protégé contre les attaques terroristes, a précisé le médecin ambulancier en chef de Samara Viatcheslav Malakhov.

«L'équipement des équipes de radios est l'une des étapes pour créer un centre unifié de contrôle. Sa création prévoit des changements organisationnels et l'association d'un certain nombre de structures. La modernisation du service d'ambulance avant le Mondial 2018 implique non seulement le renforcement de la base matérielle et technique, mais l'emploi de nouveaux spécialistes ainsi que la formation du personnel qui fournira les soins médicaux d'urgence», a-t-il expliqué.

Selon les statistiques, le service d'urgence opérationnelle reçoit de 700 à 1.000 appels par jour.

Comme l'indique Regnum, la Coupe du Monde nécessitera 27 à 29 équipes supplémentaires pour atteindre un nombre total de 60. En outre, une équipe spéciale de 250 médecins a déjà été créée spécialement pour les compétitions.

Dossier:
La Russie, pays hôte du Mondial 2018 (128)

Lire aussi:

Au moins 120 blessés dans l'attentat de Manchester, selon un nouveau bilan
Le mystère de l'ambulance russe à Stockholm percé, la Suède reconnaissante
Mondial 2018: la sélection iranienne s’y prépare
Tags:
Mondial 2018, Samara
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik