Football Coupe du monde 2018 Match Brésil - Mexique

Plus drôle que Neymar: ce Russe avec un «regard diabolique» devient un mème au Brésil

© Sputnik . Vitaliy Timkiv
Samara
URL courte
6165

Quels sont les moments les plus drôles des matchs de l’équipe du Brésil au Mondial? Outre les nombreuses scènes de simulation de Neymar, il y a un cliché encore plus amusant: un Russe avec un «regard diabolique» tenant le drapeau brésilien. Morts de rire, des Brésiliens ont transformé les images de ce supporteur russe en mème.

Les Brésiliens pourront désormais retenir de la Coupe du Monde non seulement les photos de Neymar allongé par terre et faisant des grimace à cause de «douleurs atroces», mais aussi ce supporteur russe perçant du regard des millions de téléspectateurs.

Ce cliché viral a été pris lors du huitième de finale du Brésil contre le Mexique le 2 juillet à Samara. En plein match, des caméras ont montré sur le grand écran Youri Torskoy, se distinguant par son regard glaçant… et peu bienveillant.

Drapeau brésilien entre les mains, le Russe est immédiatement devenu un mème de cette rencontre. Grâce à son «regard diabolique», comme l'ont qualifié les Brésiliens, les photos de ce Russe ont inondé les réseaux sociaux.

Les médias brésiliens se sont mis à écrire des articles sur Youri tandis que les supporteurs de la Seleçao se sont massivement abonnés à ses réseaux sociaux. Certains se sont même faits tatoué son visage ou ont essayé de lui ressembler.

 

 

En peu de temps, cet homme est devenu une mascotte de l'équipe du Brésil, qui l'a ensuite invité à assister au match contre la Belgique. Mais cela n'a pas aidé les Brésiliens à battre les Diables Rouges, qui affronteront la France le 10 juillet en demi-finale.

 

Lire aussi:

AHAHAH: les journalistes brésiliens fous de joie après le revers de l’Allemagne au Mondial
«À bas Temer!»: la manifestation à Sao Paulo, c’est juste le début
La marine brésilienne reçoit son premier porte-hélicoptères avec un radar 3D
Tags:
mème Internet, football, Mondial 2018, Samara, Brésil, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik