Santé
URL courte
138614
S'abonner

Des scientifiques ont nommé les boissons responsables du développement de plusieurs maladies mortelles, dont cardiovasculaires et endocriniennes, ainsi que de tumeurs malignes. Il s’agit des sodas, dont un verre par jour peut augmenter considérablement le risque de développer ces maladies.

Une étude à grande échelle impliquant plus de 450.000 personnes a démontré que les personnes qui consomment deux verres de soda ou plus quotidiennement ont un risque plus élevé de décès prématuré à cause de diverses maladies, annonce la revue JAMA Internal Medicine.

Une équipe internationale de scientifiques a collecté des données auprès de représentants de 10 pays européens pendant 19 ans. Lors de la première étape de l’étude, les spécialistes n’ont pas enregistré de cas de cancer, de diabète ou de maladie cardiovasculaire chez les personnes impliquées dans l’étude.

«Nos données indiquent qu’une hyperglycémie, causée également par certaines boissons, peut provoquer une inflammation de l'intestin, modifier le microbiote intestinal et augmenter la vulnérabilité aux infections intestinales. D'où la forte sensibilité aux maladies digestives», a déclaré Sharon Horesh Bergquist, professeur adjointe de médecine à l'université Emory d’Atlanta.

La consommation globale de boissons gazeuses s’est avérée au final positivement associée aux décès par cancer colorectal, disent les résultats de l’étude.

Un danger mortel

Précédemment, les médecins de l'équipe NutriNet-Santé avaient mené une étude qui avait révélé le lien entre la consommation de jus de fruits 100% naturels et de sodas et l’augmentation du risque de cancer.

Lire aussi:

Un automobiliste fonce sur une foule en Allemagne, un mort et des blessés
Attentat de Nice: «c’est le début de la guerre civile en France»
L'identité de l'auteur de l'attaque à Notre-Dame de Nice établie
Attaque au couteau à Notre-Dame de Nice, trois victimes dont deux égorgées
Tags:
maladies cardio-vasculaires, maladies, cancer, boisson
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook