Santé
URL courte
792
S'abonner

Les fumeurs auraient plus de difficultés à dormir que les non-fumeurs et la cigarette électronique serait encore plus nocive que la traditionnelle, selon une nouvelle étude de chercheurs américains.

Des chercheurs de l’université d'État de l’Oklahoma, aux États-Unis, ont affirmé que la présence de problèmes de sommeil était liée au tabagisme, qu’il s’agisse de tabac traditionnel ou de cigarette électronique. Les résultats de leur étude sont publiés dans le Journal of Sleep Research.

Et bien que la consommation de tabac traditionnel soit en baisse, l’utilisation des cigarettes électroniques reste élevée et aurait même tendance à augmenter, ont-ils souligné.

Les scientifiques ont réalisé une expérience en interrogeant 1.664 étudiants, dont 29% fumaient des cigarettes classiques, 41% des cigarettes électroniques, alors que 30% étaient non-fumeurs.

Les résultats

Il s’est avéré que les fumeurs éprouvaient plus de difficultés de sommeil que ceux qui ne fumaient pas du tout. Mais ce sont les vapoteurs qui ont signalé une plus grande consommation de somnifères que les adeptes de la cigarette traditionnelle.

«Puisque nous avons constaté que même une utilisation non quotidienne de cigarettes électroniques était associée à la détérioration de la qualité du sommeil, cela pourrait nous servir dans les efforts de prévention et d'intervention», a indiqué l'auteure principale de l’étude, Emma Brett.

Selon les chercheurs, leur étude revêt une importance particulière vu l’engouement pour la e-cigarette, surtout parmi les jeunes.

Lire aussi:

Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Mediapart parle d’attentats de «faible intensité», le Net en colère
Des dizaines de manifestants pro-Turcs défilent à Dijon en criant «Allahu Akbar» – vidéos
Tags:
sommeil, étudiants, étude, chercheurs, tabagisme, e-cigarette, cigarette
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook