Santé
URL courte
6229
S'abonner

Une simple toux prolongée, symptôme de pneumonie, a coûté à une infirmière britannique l’amputation d’un bras et de ses deux jambes. Lorsqu’elle s’est adressée aux médecins, la maladie s’était déjà transformée en septicémie, la patiente étant tombée dans le coma.

L’organisme de l’ancienne infirmière britannique, Jayne Carpenter, a réagi de manière excessive à la grippe en 2016, ce qui a failli lui coûter la vie, selon le Daily Mail.

En avril 2016, elle a commencé à cracher du mucus. Quelques jours plus tard, elle était à bout de souffle et avait du mal à marcher. Malgré la détérioration de son état, elle ne voulait pas s’adresser aux médecins pour ne pas «faire d’histoires».

Lorsqu’elle est finalement allée voir un médecin, le 1er mai à 11h, une pneumonie et un sepsis grave lui ont été diagnostiqués. Son organisme avait surréagi à la maladie qui commençait à se propager aux organes et tissus. À minuit, elle est tombée dans le coma lorsque ses organes ont commencé à se détériorer en raison du choc septique.

Elle a ainsi passé les neuf semaines suivantes dans le coma. Son mari a appris que son épouse allait mourir si elle ne subissait pas plusieurs amputations. Au total, elle a perdu son bras gauche, ses deux jambes et quatre doigts de sa main droite.

L'ancienne infirmière était déprimée et envisageait de se suicider à la suite de ses amputations. Elle a été confinée dans un fauteuil roulant pendant des mois après ses opérations. Aujourd’hui, son état psychologique s’est amélioré, elle est en train de récolter des fonds pour de nouvelles prothèses.

Lire aussi:

L'Agence européenne des médicaments commence son examen du vaccin Spoutnik V en vue de l'autoriser dans l'UE
Quel est le profil de l’Algérien incarcéré après l’agression violente d’un journaliste à Reims?
Le prototype Starship de SpaceX réussit son atterrissage, puis explose
Refus de la laïcité chez les jeunes Français: jusque dans les salles de classe, le modèle américain s’impose
Tags:
pneumonie, Royaume-Uni, amputation, sepsis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook