Santé
URL courte
8213
S'abonner

L’eau potable peut contenir des éléments chimiques cancérogènes, ainsi que des traces d’arsenic et des substances radioactives dont l’effet sur l’organisme peut provoquer à terme le cancer, dévoilent des chercheurs américains après avoir effectué des analyses d’eau en Californie pendant sept ans.

Certaines maladies oncologiques peuvent être provoquées par de l’eau potable contaminée par divers polluants chimiques, estime un groupe de chercheurs de l'Environmental Working Group (EWG). Ils ont effectué une étude en Californie sur une période comprise entre 2010 et 2017. Les résultats ont été publiés dans la revue scientifiques ouverte Heliyon.

Ainsi, sur 7 ans, plus de 100.000 de cas de cancer aux États-Unis auraient pu être déclenchés par des agents cancérogènes présents dans l’eau potable. Les chercheurs dévoilent aussi la présence potentielle d’arsenic, de produits secondaires de désinfection et de polluants radioactifs dans l’eau.

Première tentative d’analyse en ce genre

Les chercheurs estiment que leur étude constitue la première tentative d'analyser l'effet complexe des divers polluants contenus dans l'eau sur la santé humaine. Jusqu'ici, seul était évalué l’impact de certaines substances. Ce qui s’avère être un raisonnement erroné, puisqu’il convient d’analyser l’effet cumulatif de ces substances sur l’organisme, affirment les spécialistes.

Depuis les années 90, des experts de la santé publique appellent à opter pour une évaluation cumulative des polluants chimiques.

Aujourd’hui, la seule solution, selon les chercheurs, serait la mise en place d’installations de traitement d’eau supplémentaires ainsi que la mise en place de petits filtres pour chaque consommateur.

Lire aussi:

Comment éviter l’«effondrement» de la France qui vient? Laurent Obertone donne ses 10 lois «pour vaincre» – vidéo
Un certain nombre de départements français vont introduire un couvre-feu, selon le gouvernement
Radicalisme religieux: l’islamisme qui cache la forêt?
Ankara dit être prêt à envoyer des troupes au Haut-Karabakh si Bakou le demande
Tags:
cancer, oncologie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook