Santé
URL courte
1102
S'abonner

Après avoir effectué des expériences, les chercheurs ont mis en évidence que les sachets de thé en plastique libéraient des milliards de microparticules une fois immergés dans l’eau chaude.

Une équipe de scientifiques de l’Université McGill au Canada a découvert que les sachets de thé en plastique libéraient des milliards de microparticules quand ils étaient plongés dans une eau à 95 degrés.

Selon l’étude, les sachets de thé en plastique satiné utilisés à la place des traditionnels sachets en papier peuvent contenir jusqu’à 11,6 milliards de particules microplastiques, et 3,1 milliards de particules nanoplastiques.

Pour les analyser, les chercheurs ont extrait le contenu des sachets de thé de quatre marques et les ont soigneusement rincés à l’eau claire pour éliminer les éventuels éléments contaminés. Puis les scientifiques les ont fait infuser dans de l’eau à 95 degrés pendant cinq minutes. Enfin, ils ont procédé au décompte des particules plastiques au microscope électronique.

Les résultats ont montré que les sachets de thé se décomposaient au contact de l’eau chaude, libérant près de 11,6 milliards de microparticules de la taille de grains de poussière, et 3,1 milliards de nanoparticules.

Les scientifiques ont également effectué une autre expérience: ils ont placé des puces d’eau, appelées Daphnia magna, dans celle contenant les sachets immergés pour déterminer l’acuité de la toxicité des substances chimiques. Et il s’est avéré que les daphnies présentaient des anomalies anatomiques. Cependant, on ignore encore l’impact de ces particules sur la santé de l’homme.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Macron au Liban: cette «déambulation dans les rues ressemblait plus à une campagne à l’adresse des Français»
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Tags:
expérience, plastique, danger, thé, chercheurs, étude
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook