Santé
URL courte
3223
S'abonner

Des chercheurs ont étudié une protéine unique au monde. Appelée Dsup, elle pourrait protéger l’ADN humain des conditions extrêmes, y compris des radiations.

Une étude publiée le 1er octobre sur eLife par des chercheurs de l’Université de Californie à San Diego présente l’analyse de la protéine Dsup (pour «Damage suppression protein»), qu’on trouve uniquement chez le tardigrade. Grâce à cette protéine unique, cet animal microscopique peut survivre aux conditions les plus extrêmes sur Terre: températures très basses ou très hautes, expositions aux radiations, aux produits chimiques nocifs pour toutes les autres espèces animales. Le tardigrade, aussi appelé ourson d’eau, peut même survivre dans le vide spatial.

De plus, ce minuscule animal (environ 1 millimètre), possède un mécanisme de survie hors du commun. Ayant besoin d’eau pour «être actif», il est capable de «s’endormir» pendant plusieurs années jusqu’à ce qu’il soit réhydraté et puisse s’activer à nouveau.

Les scientifiques sont parvenus à comprendre le mécanisme de la protéine Dsup, qui s’accroche à l’ADN de l’animal lorsque celui-ci fait face à des conditions extrêmes. Ils pensent que cette découverte aidera à développer des méthodes pour protéger les cellules humaines de la même façon, ainsi qu’augmenter l’espérance de vie des cultures cellulaires.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Tags:
cellules, résistance, tardigrades (oursons d'eau), tardigrade, radiation, protéines, ADN
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook