Santé
URL courte
8171
S'abonner

La consommation de champignons et son influence sur le développement du cancer de la prostate a été étudié par des scientifiques japonais. Ces derniers ont ainsi constaté que ces eucaryotes peuvent réduire le risque d’être atteint de cette maladie, selon l’International Journal of Cancer.

Des scientifiques japonais de l'université du Tohoku ont découvert que la consommation régulière de champignons réduisait le risque de développer un cancer de la prostate. Ils ont publié les résultats de leurs recherches dans la revue médicale International Journal of Cancer.

Les scientifiques ont suivi l’état de santé de plus de 36.000 hommes, âgés de 40 à 79 ans, pendant plusieurs décennies. Dans le cadre de cette étude, il leur a été demandé de remplir un questionnaire sur leur mode de vie, leur régime alimentaire -notamment en précisant s’ils consommaient ou non des champignons-, ainsi que leur activité physique et leurs mauvaises habitudes.

Les résultats des recherches ont démontré que la consommation régulière de champignons réduisait le risque de cancer de la prostate. C’est particulièrement important à noter pour les hommes âgés de 50 ans et plus, dont le régime alimentaire était souvent principalement composé de viande et de produits laitiers alors que la consommation de fruits et légumes était, elle, limitée.

En commentant les conclusions de ses collègues, Shu Zhang, maître de conférences à la faculté d'épidémiologie de l'université du Tohoku, a également rappelé que les champignons étaient une source de vitamines, de minéraux et d’antioxydants.

Le lien entre la consommation de champignons et le développement du cancer de la prostate n’avait pas été étudié avant, d’après lui.

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Le pétrole iranien au Venezuela: les dessous d’une manœuvre stratégique «face à un même adversaire»
Un enfant disparaît toutes les 10 minutes en France, voici la cause principale
Tags:
science, santé, champignons
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook