Ecoutez Radio Sputnik
    Connecting people

    Cornes sur la tête, mort de la rétine et autres maladies liées aux smartphones

    © Flickr/ Hernán Piñera
    Santé
    URL courte
    4342
    S'abonner

    La perte épisodique de la vision à cause de l’utilisation fréquente d'un smartphone a été enregistrée pour la première fois chez un Britannique il y a trois ans. Un peu plus tard, les spécialistes ont expliqué comment ces appareils pourraient provoquer la cécité.

    Rester collé à son portable pourrait se solder par d’importantes répercussions pour l’organisme, préviennent les experts. 

    Cécité d’un œil

    Pendant l'hiver 2016 Au Royaume-Uni, deux femmes ont contacté les médecins à cause de pertes épisodiques de la vision. Les symptômes des patientes étaient identiques malgré le fait qu’elles habitaient dans différentes parties du pays. Dans les deux cas, la vision ne disparaissait que dans un œil et pour 15 minutes maximum. Toutefois, cela se passait pratiquement de manière quotidienne. L’examen des yeux, y compris la tomographie optique cohérente de la rétine, l’IRM de la tête et l’analyse du taux de la vitamine A dans le sang, n’ont donné aucun résultat. Selon ces indices, les patientes étaient en bonne santé. 

    Il s’est avéré que les deux femmes lisaient chaque nuit beaucoup de textes sur l’écran de leur smartphone, couchées sur un flanc et dans l’obscurité. Qui plus est, un œil était couvert par l’oreiller. Les chercheurs de la City University of London se sont penchés sur ces cas et ont supposé que la raison de la cécité résidait dans l’adaptation asymétrique à la lumière. Autrement dit, un œil s’adapte à une transition brusque entre l’obscurité et la lumière, alors que l’autre ne le fait pas.

    Des expériences au cours desquelles les volontaires regardaient longtemps leur smartphone d’un seul œil ont confirmé l’idée des scientifiques. Il s’est avéré que la sensitivité de la rétine de l’œil regardant l’écran d'un smartphone se réduisait considérablement, alors que son rétablissement prenait plusieurs minutes. Selon les auteurs de l’étude, cette cécité partielle n’est pas si anodine qu’on pourrait le penser à première vue, et il vaut mieux regarder l’écran des deux yeux.

    La mort des cellules

    Selon les chercheurs de l’Université de Toledo (États-Unis), la vision est affectée de manière négative par la lumière bleue caractéristique des écrans des smartphones et des ordinateurs. Dans le contexte d'une exposition prolongée, elle est plusieurs fois plus dangereuse pour la rétine que le reste du spectre visible.

    Si une personne reste pendant longtemps collée à l’écran de son smartphone de manière quotidienne, notamment dans l’obscurité, cela risque de provoquer la dégénérescence maculaire liée à l’âge. Cette maladie suscite la mort de millions de cônes et de bâtonnets de la macula, la zone centrale de la rétine. D’abord, la personne affectée interprète les lignes droites comme ondulées. Ensuite, certaines lettres deviennent invisibles pendant la lecture. Enfin, les patients cessent de voir des objets qui se trouvent sous leur nez. La vision latérale pourrait cependant perdurer.

    La mort des cônes et des bâtonnets s’explique probablement par les chromophores, protéines conjuguées présentes dans la rétine. Leur objectif est d’aider les cellules photoréceptrices à percevoir la lumière et à envoyer les signaux dans le cerveau. Le rayonnement bleu peut rendre certaines de ces substances, telles que le rétinal A, toxiques pour les tissus et les cellules environnantes. Quand les chercheurs ont ajouté en laboratoire le rétinal A aux différents types de cellules humaines et l’exposaient ensuite à la lumière bleue, la substance tuait ces cellules. Les protéines ne représentaient pourtant aucun danger pour les cellules sans ce rayonnement.

    Des cornes sur la nuque?

    Selon plusieurs études de scientifiques australiens, les smartphones stimulent la croissance de certains os du crâne et notamment des épines cornées, exostoses situés à l’arrière du crâne qui se forment sous l'effet d'inclinaisons trop fréquentes de la tête.

    Le fait est que la plupart des personnes inclinent leur tête de manière automatique en utilisant leur smartphone, pour être plus près de l’écran. Dans cette position, le poids du corps est transféré de l’échine aux muscles de l’arrière de la tête. Tout cela provoque la formation d'un os dans les ligaments et les tendons: les épines cornées. Normalement, leur taille ne doit pas dépasser 3 mm, mais elle atteint de 10 mm à 31 mm chez 41% des personnes examinées âgées moins de 30 ans (l’étude a réuni 1 200 personnes, dont 300 étaient âgées de 18 à 30 ans). Ces «cornes» étaient plus répandues chez les hommes.

    Par le passé, ces exostoses étaient principalement caractéristiques des personnes âgées qui avaient effectué un travail physique lourd pendant la plupart de leur vie. Leur apparition s’accompagnait souvent de maux de tête chroniques et de sentiments désagréables dans la région du cou et de l’échine. Les épines découvertes chez les jeunes, ne leur faisait visiblement subir aucune malaise. Et ils étaient beaucoup plus rares chez les personnes plus âgées.

    Les recherches supplémentaires ont montré que les épines cornées résultaient de la charge augmentée sur les muscles de la colonne cervicale, et pas d’une maladie génétique ou de blessures. Compte tenu de l’âge des porteurs de telles cornes, l’utilisation des smartphones est le seul scénario possible les obligeant à incliner souvent et pendant longtemps leur tête un peu en avant, estiment les chercheurs.

    Un cerveau fatigué

    Selon une étude des scientifiques de l’Université Rutgers (États-Unis), les smartphones ont une influence négative sur l’activité cérébrale. Si vous restez collé à votre smartphone pendant tout la pause au travail, votre cerveau est incapable de se reposer et sa productivité ne fait que diminuer davantage.

    Les chercheurs ont demandé à 414 étudiants de résoudre 20 problèmes. Ils leur donnaient plusieurs heures, et il était possible de faire une pause pendant cette période. Les participants pouvaient passer ce temps libre avec leur smartphone, un ordinateur ou des cahiers.

    Les pires résultats étaient affichés par ceux qui se reposaient avec un smartphone entre les mains: il leur prenait en général 19% plus de temps pour résoudre les problèmes restants après la pause. Qui plus est, ils ont accompli de 20% moins de casse-têtes que les autres volontaires et se sentaient les plus fatigués après l’expérience.

    Dans tous les cas, il est encore trop tôt pour parler de l’addiction aux smartphones (similaire à celle aux drogues ou aux jeux), estiment les chercheurs. Cela signifie qu’il est tout à fait possible de réguler l’influence négative des gadgets sur l’organisme. L’essentiel est une approche raisonnable de leur utilisation. 

    Tags:
    maladies, smartphones
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik