Ecoutez Radio Sputnik
    Vaccination contre le virus Ebola. Image d'illustration

    Un agent de la lutte anti-Ebola assassiné en RDC, sa maison incendiée

    © AFP 2019 AUGUSTIN WAMENYA
    Santé
    URL courte
    5220
    S'abonner

    L’un des agents impliqué dans la lutte contre Ebola en RDC a été assassiné à son domicile, alors que sa maison a été incendiée. L’homme en question animait à la radio une émission dédiée à ce virus mortel qui a déjà fait près de 2.000 victimes dans le pays.

    Un animateur de radio locale, impliqué dans la lutte contre le virus Ebola, a été assassiné dans la nuit de samedi 2 à dimanche 3 novembre à son domicile par des hommes armés, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, rapporte l’AFP, se référant à des sources concordantes.

    «Vers 19h00, des bandits non encore identifiés ont fait intrusion chez un agent de la riposte contre Ebola à Lwemba, ils l'ont tué, blessé sa femme et incendié sa maison», a déclaré à l'AFP le général Robert Yav, commandant des Forces armées congolaises à Mambasa, dans la province de l'Ituri, dans le Nord-Est.

    Le professeur Steve Ahuka, coordonnateur national de la riposte contre Ebola a également confirmé qu’«un agent communautaire impliqué dans la lutte à Lwemba a[vait] été tué».

    La victime, Papy Mumbere Mahamba, animait une émission au sujet d'Ebola à la radio communautaire de Lwemba. En RDC, les radios locales restent l'un des meilleurs moyens d'informer les populations.

    «Notre collègue Papy Mumbere Mahamba a été assassiné à son domicile par des inconnus munis d'armes blanches [...]. Il revenait de la radio où il animait une émission sur la lutte contre Ebola», a déclaré à l'AFP Jacques Kamwina, un journaliste de la radio Lwemba.

    Les mobiles de l'assassinat restent pour l'instant inconnus.

    La RDC lutte contre une épidémie d'Ebola déclarée le 1er août 2018. Elle touche les zones reculées et conflictuelles des provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et de l'Ituri.

    L'épidémie a jusqu'à présent tué 2.185 personnes sur 3.274 cas, selon les autorités congolaises.

    Les opérations de riposte anti-Ebola, notamment les actions de sensibilisation, sont confrontées à la résistance d'une partie de la population et aux violences armées, précise l’AFP.

    L'actuelle épidémie d'Ebola est la dixième sur le sol congolais depuis 1976 et la deuxième la plus grave de l'histoire après celle qui a fait quelque 11.000 morts en Afrique de l'Ouest en 2014.

    Tags:
    meurtre, Ebola, République démocratique du Congo (RDC)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik