Santé
URL courte
248
S'abonner

Les scientifiques de plusieurs équipes ont abouti à la conclusion que les femmes souffrant d’apnée obstructive du sommeil (AOS) sont plus souvent susceptibles de se voir diagnostiquer un cancer que les hommes.

Des scientifiques grecs ont découvert un lien entre le ronflement féminin et le cancer, relate le Daily Mail, se référant à la publication de leurs travaux. Selon les chercheurs, le risque d'avoir un cancer est plus important chez les femmes qui ronflent, car il provoque de l'hypoxie, soit un manque d’oxygène.

Le cancer provoque une apnée obstructive pendant le sommeil, c’est-à-dire un arrêt respiratoire de plusieurs dizaines de secondes, plusieurs fois par nuit.

Les experts de l'université Aristote de Thessalonique ont analysé les données des patients âgés de plus de 18 ans souffrant d'apnée du sommeil. Il s'avère que chez 388 d'entre eux (2%) un cancer a été diagnostiqué, en majorité chez des femmes.

De plus, le Medical News Today se réfère à une étude d’une équipe internationale publiée dans le journal European Respiratory Journal qui révèle que les taux de cancer sont plus hauts parmi les femmes présentant des symptômes prononcés d’apnée obstructive du sommeil (AOS).

Les chercheurs ont analysé les données de 20.000 adultes atteints d’AOS. Environ 2% des participants ont eu aussi un diagnostic de cancer dans leur histoire médicale. Les chiffres proviennent d'European Sleep Apnea Database (ESADA), qui inclut les dossiers de visite d’adultes enregistrées dans 33 centres à travers l'Europe.

L'équipe de recherches internationale a tenu à souligner que bien que les conclusions ne prouvent pas encore que l’apnée obstructive du sommeil (AOS) mène au cancer, une tendance existe selon laquelle les femmes qui souffrent d’AOS sont susceptibles d'être atteintes de cette maladie.

Lire aussi:

Un chien abandonné et attaché à une cage avec ses chiots retrouvé sur la route – photos
Trump dévoile son plan de paix pour le Proche-Orient, «le plus détaillé» jamais présenté
Un astéroïde géant fonce vers la Terre, un chercheur indique quelles peuvent en être les conséquences
Tags:
sommeil, science, santé, cancer, femmes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik