Santé
URL courte
Créatures marines (110)
7325
S'abonner

Requins? Crocodiles? En réalité, ce sont les petits escargots d’eau qui occupent la première place des tueurs d’humains dans le monde aquatique, écrit L’Obs, pas directement mais en transmettant des larves de vers parasites.

Les escargots d’eau engendrent plus de 200.000 morts annuellement et arrivent ainsi dans le top des tueurs d’humains dans le monde aquatique, relate L’Obs. Mais comment exactement? Par le biais des larves des vers parasites qu’ils transportent.

Ce «transfert» se produit lorsque des Hommes entrent dans les eaux «visitées» par les mollusques. Intitulée bilharziose, la maladie peut se développer sous deux formes: intestinale ou urogénitale. Mais les vers vont grandir dans le corps humain dans les deux cas.

«Dans l’organisme, les larves se développent et passent au stade du schistosome adulte», explique de son côté l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Lutte de l’organisme

«Ces parasites vivent dans les vaisseaux sanguins, dans lesquels les femelles pondent leurs œufs. Certains des œufs sortent de l’organisme par les matières fécales ou l’urine et le cycle de vie parasitaire se poursuit», est-il également indiqué.

Mais d’autres sont «piégés dans les tissus de l’organisme, provoquant une réaction immunitaire et des lésions évolutives dans les organes», précise l’organisation internationale.

L’organisme essaye de se protéger contre ces corps étrangers mais cette tentative provoque des «dommages massifs» chez les personnes contaminées.

Dossier:
Créatures marines (110)

Lire aussi:

Les caméras du domicile de Gérard Depardieu, mis en examen pour viols, montrent une rencontre avec une jeune actrice
Selon l’ONU, l’épidémie est un «prétexte» des États pour porter atteinte aux «droits humains»
Moscou propose à l’ambassade de France le vaccin Spoutnik V, la mission diplomatique réagit
Le seuil des 30.000 cas journaliers de Covid-19 de nouveau franchi en France
Tags:
maladies, escargots, eau
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook