Ecoutez Radio Sputnik
    Chirurgiens / image d'illustration

    Un moyen peu coûteux et facile de réduire les troubles cardiaques mis en lumière

    © Sputnik . Igor Zarembo
    Santé
    URL courte
    4252
    S'abonner

    La consommation de légumineuses peut prévenir l’apparition de maladies cardiovasculaires, estiment des experts auprès du Comité des médecins pour une médecine responsable.

    Une étude effectuée par des spécialistes du Comité des médecins pour une médecine responsable, basé à Washington, a révélé les avantages de la consommation de légumineuses.

    D’après les résultats publiés dans la revue Advances in Nutrition, ces aliments réduisent le taux d’incidence de maladies cardiovasculaires et coronariennes ainsi que l'hypertension de près de 10% par rapport à ceux qui en consomment moins.

    Étant riches en fibres, protéines végétales ou encore micronutriments, les haricots et autres légumineuses sont bénéfiques pour la santé cardiovasculaire. De plus, elles ont une faible teneur en matières grasses, sont anti-cholestérol et affichent un indice glycémique faible, toujours selon les auteurs de l’étude.

    Utile et accessible

    Les experts ont par ailleurs fait remarquer que les maladies cardiovasculaires causaient la majorité des décès dans le monde et étaient celles qui coûtaient le plus cher aux économies nationales:

    «Cette étude montre qu’un produit de base pas cher, accessible et commun pourrait aider à changer cela: les haricots», a estimé la co-auteure de l’étude, Hana Kahleova.

    Lire aussi:

    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Tags:
    médecine, crise cardiaque, maladies cardio-vasculaires, santé
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik