Santé
URL courte
9212
S'abonner

Les influenzas et les rhinovirus s’affrontent pour obtenir le droit à se développer dans l’organisme humain, ont conclu des scientifiques britanniques et américains dans une étude. C’est pourquoi le risque d’être infecté par les deux agents pathogènes à la fois n’est pas très élevé.

Les agents pathogènes se multipliant en hiver, ils peuvent entrer en interaction s’ils sont présents simultanément dans l’organisme humain. Cette hypothèse a été vérifiée par un groupe de scientifiques américains et britanniques ayant étudié 11 virus respiratoires. L’étude a été publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Les chercheurs ont mené leur recherche pendant neuf ans, analysant les données de 44.000 personnes infectées par deux catégories de virus, notamment les influenzas, suscitant la grippe, et les rhinovirus, responsables du rhume.

Une lutte parmi les virus

Les résultats de l’étude ont montré que 35% des patients étaient atteints de l’un des 11 virus respiratoires, alors que seuls 8% souffraient des deux virus en même temps. Pour ainsi dire, la présence des deux types d’agents pathogènes permet d’éviter une contagion simultanée.

Situation à Saint-Denis
© AFP 2019 GEOFFROY VAN DER HASSELT
Cette compétition se déroulant entre les influenzas et les rhinovirus s’explique par la réponse du système immunitaire libérant une grande quantité d’interférons, protéine ayant des propriétés antivirales.

Selon l’auteure principale de l’étude, la docteure Sema Nickbakhsh, les agents pathogènes peuvent rivaliser pour avoir le droit de s’attaquer aux cellules de l’organisme. La défense immunitaire lancée à la première attaque diminue le risque de développement d’une deuxième maladie.

Lire aussi:

Un véhicule fonce dans la foule lors d'un carnaval en Allemagne, plusieurs blessés
Un avion d’Alitalia avec 300 personnes à bord bloqué à l'île Maurice par crainte du coronavirus
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Suspicion de coronavirus: les passagers confinés à Lyon dans leur bus en provenance d'Italie
Tags:
étude, chercheurs, maladies, grippe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook