Santé
URL courte
7200
S'abonner

Selon une étude menée sur 2.500 patients américains, ce sont les facteurs environnementaux et sociaux, et donc le mode de vie, plutôt que la génétique, qui déterminent principalement le risque d’obésité.

Depuis des années, les recherches laissaient à penser que les gènes jouaient un rôle important sur l’obésité, qui était ainsi inévitable pour certains. Mais des scientifiques de l’Université du Michigan et du centre de recherche du Massachussetts General Hospital ont conclu que ce risque était moins déterminé par l’ADN que par des facteurs comme la condition physique et les habitudes alimentaires des personnes étudiées. Leurs travaux ont été publiés le 8 janvier dans la revue JAMA Cardiology.

L’étude soutient que «peu importe votre code génétique, la meilleure méthode pour améliorer votre santé est de manger sainement et de faire de l’exercice quotidiennement», a commenté Mitchell Roslin, spécialiste de l’obésité au Lenox Hill Hospital de New York, cité par le site WebMD. «Beaucoup pensent que la génétique est synonyme de destin, mais ce qui est hérité peut être influencé par votre comportement», a-t-il ajouté.

Les chercheurs ont analysé les données des 2.500 Américains qui ont participé à une étude cardiovasculaire pendant 25 ans, entre 1985 et 2010. Ils ont calculé la «cote de risque» de l’obésité sur chaque patient en se basant sur leur ADN. Ils ont également suivi les changements d’indice de masse corporelle (IMC: calculé en fonction de la taille et de la masse corporelle) au cours du temps.

Les scientifiques ont ainsi découvert que les facteurs environnementaux, y compris sociaux, déterminaient 80% du risque d’obésité, et la génétique seulement 13,6%. «Une étroite surveillance clinique et une bonne forme physique peuvent avoir un rôle primordial dans la limitation des conséquences néfastes d’un IMC élevé sur la santé», ont-ils indiqué dans leur publication.

L’obésité dans le monde

Selon les chiffres de l’OMS, 39% des adultes dans le monde, soit 1,9 milliard de personnes, étaient en surpoids en 2016, et 13% étaient obèses. Le nombre de cas d’obésité a presque triplé depuis 1975. Le surpoids est déterminé par un IMC égal ou supérieur à 25. Une personne est considérée comme obèse quand son IMC est égal ou supérieur à 30. Pour rappel, l’IMC se calcule en divisant le poids par le carré de la taille (kg/m²).

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Les sirènes d'alerte déclenchées en Israël
La journée des câlins «dégénère» sur le plateau de TPMP d’Hanouna - vidéo
Tags:
mode de vie sain, génétique, causes, étude, surpoids, obésité
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik