Santé
URL courte
5100
S'abonner

Un homme a dû être emmené à l’hôpital de Glasgow pour une intervention chirurgicale d’urgence. Il avait en effet contracté une infection du doigt après s’être rongé les ongles. Son amie écossaise a partagé son histoire pour attirer l’attention sur cette mauvaise habitude qui aurait pu lui être fatale.

Un homme resté anonyme a contracté une infection après s’être rongé les ongles. Il s’est rendu à l’hôpital où il a dû subir une opération d’urgence. C’est son amie écossaise, qui a partagé un message sur Facebook le 7 janvier afin de mettre en garde contre les conséquences de cette mauvaise habitude.

Elle a raconté qu’il avait consulté des pharmaciens en voyant son infection se propager sur le doigt. Ceux-ci lui avaient conseillé de la couvrir de sulfate de magnésium, mais elle n’a fait qu’empirer. Il a alors été emmené au Glasgow Royal Infirmary. À sa grande surprise, il a dû être opéré d’urgence. Selon les médecins, l’infection aurait pu s’étendre à son bras et lui être fatale.

«S’il vous plaît, arrêtez de ronger vos ongles», s’exclame Karen dans son message, précisant que son ami avait perdu son ongle, qui pourrait ne jamais repousser. Il s’agissait d’une infection de la peau, le panaris, qui peut apparaître lorsqu’une personne se ronge les ongles ou arrache la peau autour de ceux-ci.

Comment arrêter de se ronger les ongles?

Selon le site Healthline, les meilleurs moyens pour ne plus se les ronger, cette pratique étant souvent liée au stress, à la faim ou à la fatigue, sont les suivants: les garder toujours courts (aux ciseaux, bien évidemment) pour moins être tenté de les mordre, ainsi qu’utiliser des produits qui leur donnent un «goût» désagréable.

Lire aussi:

L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Tags:
Glasgow, urgence, opération, doigts, habitude, maladies
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook