Santé
URL courte
0 100
S'abonner

Alors qu’il est presque impossible d’imaginer notre vie actuelle sans écrans, les scientifiques mettent de plus en plus souvent en garde contre leur utilisation excessive. Cela concerne surtout les enfants qui ces derniers temps sont surexposés aux écrans bleus, écrit Radio-Canada.

Des derniers chiffres des experts canadiens, cités par Radio-Canada, montrent que pas moins de 80% des enfants du pays de deux ans et 95% des enfants de trois ans passent plus de sept heures par semaine devant des écrans. Pour les adolescents de 13 à 18 ans, ces chiffres s’élèvent à neuf heures par jour, soit environ 3.285 heures par an.

Dans ce contexte, les récentes recherches des scientifiques canadiens basées sur l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ) révèlent le lien entre la surexposition à un écran durant la petite enfance et le nombre de problèmes survenus pendant l’adolescence dont une mauvaise condition physique, une moins bonne motricité et de mauvaises habitudes alimentaires.

À cela s’ajoutent des mauvais résultats scolaires surtout en mathématiques. Les enfants de 13 ans se sentent plus isolés, plus déprimés et plus agressifs. En outre, les enfants qui passent trop de temps devant leurs écrans risquent d’être victimes d’intimidation en raison du manque d’expérience sociale, indique le média.

«Les habitudes d'écrans prises en petite enfance mènent à une certaine façon de vivre plus tard», constate sur Radio-Canada Linda Pagani, professeure à l’École de psychoéducation et chercheuse au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine de l’université de Montréal.

La lumière bleue toxique

La lumière bleue des écrans, appelée aussi lumière à haute énergie visible (HEV), peut également avoir des conséquences néfastes pour les yeux des enfants surtout si ces derniers sont exposés à l’air pollué, indique une étude menée par l’équipe du docteur Patrick Rochette, professeur à l’université Laval et chercheur au Centre de recherche du CHU de Québec.

Il s’est avéré que la lumière bleue peut être toxique s’il y a dans la rétine des molécules qui pourraient l’absorber. Les scientifiques ont prouvé que les benzopyrènes, retrouvés dans la fumée de cigarette et la combustion organique, étaient capables de s’accumuler dans la rétine et d’augmenter ainsi la toxicité de la lumière bleue par un facteur de 3.000. Autrement dit, les enfants qui grandissent dans les grandes villes ou à côté de fumeurs sont plus exposer à la lumière bleue.

Des possibles recommandations

Même si les chercheurs canadiens estiment qu’il ne faudrait pas diaboliser les appareils électroniques qui pourraient joueur un rôle positif dans l’éducation des enfants, ils signalent quand même que le temps d’utilisation doit être considérablement limité.

«La petite enfance devrait être consacrée à la lecture, aux jeux, et aux interactions sociales. Ils n'ont pas besoin d'écran du tout!», indique la professeure Pagani.

Selon elle, les enfants de deux à cinq ans ne devraient pas passer plus d’une heure devant les écrans pendant leur temps de loisirs. Pour ceux de cinq ans et plus, ce serait deux heures et pas plus.

En même temps, les parents des enfants âgés de moins de deux ans devraient éviter le plus possible de les exposer aux écrans s’ils pensent à la santé de leurs yeux. L’utilisation des filtres bloquant la lumière HEV est aussi préférable, soulignent des experts de la vision.

Lire aussi:

Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Élections présidentielles en Biélorussie: les premières estimations tombent
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Tags:
Canada, enfants, gadgets
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook