Santé
URL courte
1302
S'abonner

Fatigue, somnolence et respiration saccadée ne sont peut-être pas des signes à propos desquels il faut trop s’inquiéter, mais il serait quand même utile de redoubler de vigilance, car ils pourraient être annonciateurs d’une prochaine attaque cardiaque.

Le début d’une crise cardiaque peut être inopiné et brutal, mais dans certains cas, un infarctus met environ un mois à se développer. Le temps d’identifier et de comprendre les symptômes décryptés par le professeur de médecine Mekhman Mamedov dans une interview accordée au journal russe Argoumenty i facty.

Symptômes typiques

En effet, des problèmes cardiovasculaires pourraient se manifester par une fatigue particulière et une somnolence permanente. De plus, les vaisseaux, sous l’effet du stress se trouvent dans un état prolongé de tonus, soit principalement oblitérés. Cela étant, les cellules et les tissus manquent d’oxygène et d’alimentation, ce qui provoque des symptômes du côté du système nerveux.

«Un autre signe est une respiration saccadée. Lors d’à-coups dans un organe, en l’occurrence dans le cœur, les problèmes touchent le fonctionnement des poumons, l’échange gazeux est perturbé et la respiration devient haletante», a-t-il expliqué.

Quelques jours avant la crise cardiaque, le malade peut ressentir des frissons, ce qui lui fait penser à une infection respiratoire virale. Toutefois, si c’est le cœur, le patient n’aura pas de fièvre, a poursuivi le Dr Mekhman Mamedov.

Symptômes moins typiques

Parmi les symptômes moins évidents d’une éventuelle attaque cardiaque, il a cité des douleurs au niveau du ventre et sous les côtes à droite, ainsi qu’une toux accompagnée de crachats mousseux rosâtres. Les douleurs abdominales aigües, comme des vomissements, des nausées, des brûlures d’estomac ou des ballonnements, sont des symptômes plutôt propres aux femmes.

Il a insisté sur la nécessité d’appeler d’urgence les secours en cas de manifestation apparente de ces symptômes.

Selon des données de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), on compte en moyenne 12.000 décès et 80.000 infarctus du myocarde par an en France.

Lire aussi:

L’Allemagne réagit aux menaces US contre le gazoduc Nord Stream 2
Alain Finkielkraut s’attaque à son tour à Didier Raoult
Trump menace de «fermer» les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
Une soirée avec de l'eau de Cologne comme apéritif tourne au drame en Tunisie
Tags:
médecine, signe, crise cardiaque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook