Santé
URL courte
1157
S'abonner

Ceux qui mangent moins de trois fruits et légumes par jour ont 24% de risques supplémentaires de développer de l'anxiété, ont constaté des chercheurs, soulignant que ce risque était également plus élevé chez les personnes seules et celles qui ont un taux de graisse élevé.

Des chercheurs de l’université de Toronto ont constaté que consommer peu de fruits et légumes faisait augmenter le risque de développer un trouble anxieux. Les résultats de leur étude ont été publiés dans l'International Journal of Environmental Research and Public Health.

L'équipe a analysé les données concernant 26.991 hommes et femmes âgés de 45 à 85 ans sur la base de l'Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement (2010- 2015).

Il s’est avéré que les personnes qui consommaient moins de trois fruits et légumes par jour avaient 24% de risques supplémentaires de développer un trouble anxieux. En outre, le risque augmentait en fonction de facteurs comme le tabagisme, un revenu plus faible et un taux de graisse élevé. Ainsi, ceux qui avaient un taux de graisse corporelle total de 36% ou plus avaient 70% de chances de souffrir d'anxiété.

Les scientifiques ont également découvert que les troubles anxieux touchaient plus souvent ceux qui étaient seuls: les célibataires avaient 13,9% plus de chances d'en être atteints, alors que ceux qui vivaient en famille ne couraient qu’un risque évalué à 7,8%.

Faire la part belle aux fruits et légumes

Une récente étude réalisée dans cinq pays a également démontré une fois de plus l’effet bénéfique du régime méditerranéen, ce menu pauvre en viande rouge et graisses saturées, mais riche en fruits, légumes, légumineuses, huile d’olive, poisson et oléagineux.

Après avoir analysé le microbiome de 612 personnes âgées de 65 à 79 ans, avant et après 12 mois constitués, pour les uns, de leur régime habituel et, pour les autres, du régime méditerranéen, les chercheurs ont constaté que ce dernier favorisait la présence de bactéries intestinales liées à un vieillissement «sain» et à réduire celles associées à l’inflammation.

Toutefois, certaines études insistent sur la nécessité de garder de la viande dans le régime et soulèvent la question du danger pour la santé de régime excluant complètement la viande.

Lire aussi:

Covid-19, en continu: la Belgique dépasse la barre des 3.000 morts
Trump réagit à l’envoi de matériel médical par la France à l’Iran
Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Tags:
étude, troubles psychiques, légumes, fruits
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook