Santé
URL courte
Propagation du coronavirus dépisté en Chine - 2020 (672)
0 103
S'abonner

La région autrichienne du Tyrol et la ville de Madrid sont désormais considérées comme des zones à risque par l’Institut Robert-Koch au même titre que l’Italie et le Grand Est français.

Alors que le coronavirus ne cesse d’étendre son emprise sur le monde, l’Institut Robert-Koch, établissement allemand responsable du contrôle et de la lutte contre les maladies, a élargi sa liste des zones à risque en Europe. Désormais, elle comprend la région du Tyrol en Autriche et la capitale espagnole, Madrid.

Auparavant, la liste en question incluait l’Italie, l’Iran, la province du Hubei en Chine où la pandémie a éclaté, ainsi que la province sud-coréenne du Gyeongsang du Nord et le Grand Est français, rappelle la chaîne de télévision autrichienne ORF.

Dans la région du Tyrol, frontalière avec l’Italie, 204 cas d’infection au coronavirus ont été enregistrés pour l’heure. À Madrid, les autorités font état de 2.490 cas d’infection. Les salles de cinéma et de concert, les restaurants, les théâtres, les boîtes de nuit et les parcs d’attractions sont fermés dans la capitale.

21 décès dans le Grand Est

En date du vendredi 13 mars, 910 personnes ont été testées positives au coronavirus dans le Grand Est, dont 219 dans le Bas-Rhin et 463 dans le Haut-Rhin. Depuis le 11 mars, ce sont donc 323 nouveaux cas qui ont été recensés dans la région.

Le total des décès dans le Grand Est se chiffre à 21, soit 12 nouveaux décès enregistrés depuis le milieu de semaine.

Dossier:
Propagation du coronavirus dépisté en Chine - 2020 (672)

Lire aussi:

Historique: le PSG se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 1ère fois depuis 1995 - vidéos
Trump explique ce qu’il considère comme «le plus gros problème dans le monde», la Russie impliquée
«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
Tags:
Madrid, Italie, pandémie, Covid-19, Allemagne, Tyrol
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook