Santé
URL courte
Études sur le coronavirus – avril 2020 (50)
43426
S'abonner

Une équipe de scientifiques australiens a trouvé un vermifuge (ou antihelminthique) qui pourrait servir à traiter le Covid-19 puisqu’il réduit la charge virale du coronavirus SARS-CoV2 en 48 heures. Les résultats de leurs expériences menées in vitro ont été publiés sur le site Antiviral Research.

Un médicament antiparasitaire, l’ivermectine, parviendrait à inhiber la réplication du coronavirus SARS-CoV2, qui provoque le Covid-19, en deux jours, selon une étude publiée par cinq chercheurs australiens de l’université Monash et du Royal Hospital de Melbourne sur le site Antiviral Research.

L’équipe a analysé in vitro quel effet pourrait avoir l'ivermectine sur les cellules infectées par le coronavirus. Ils ont ajouté cet antiparasitaire dans les cellules deux heures après l'infection. Il s'est avéré qu'une dose du médicament a réduit la quantité d'ARN viral de 93% en 24 heures et de 99,8% en 48 heures.

Selon les scientifiques, l'ivermectine n'a eu aucun effet toxique sur les échantillons pendant l’expérience. Il est à noter qu’il s’agit d’une étude menée in vitro, c’est-à-dire en laboratoire et non sur des humains.

«Le présent rapport, compte tenu d’un profil d'innocuité connu de l’ivermectine, démontre que ce médicament mérite un examen plus approfondi en tant qu'antiviral possible du SARS-CoV-2», concluent les chercheurs.

Pandémie de Covid-19

Selon les dernières informations publiées par l’Université Johns-Hopkins, environ 1,5 million de cas d'infection ont été enregistrés dans 184 pays, plus de 89.000 personnes en sont décédées, plus de 336.700 en ont guéri.

Dossier:
Études sur le coronavirus – avril 2020 (50)

Lire aussi:

«C'est de la…»: le chef sortant du Pentagone se lâche en parlant du chasseur F-35
Covid-19: bientôt la fin des aides? «Une pulvérisation de l’économie française»
La Commission européenne réagit à l’achat du Spoutnik V par la Hongrie
Tags:
Australie, médicaments, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook