Santé
URL courte
7213
S'abonner

En Corée du Sud, certains patients guéris du Covid-19 ont été à nouveau testés positifs quelques jours plus tard. L’OMS reconnaît ne pas savoir si le fait d’avoir contracté la maladie une première fois permettait d’être immunisé contre le nouveau coronavirus.

Ce n’est pas parce qu’un patient a guéri du Covid-19 qu’il a développé assez d’anticorps pour lutter contre une deuxième infection, expliquent des responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

«En ce qui concerne la guérison puis la réinfection par le virus, nous n’avons toujours pas de réponses. Il y a une inconnue», a déclaré Mike Ryan, directeur du programme de l’OMS de gestion des situations d’urgence sanitaire, lors d’une conférence de presse tenue au siège de l’organisation à Genève.

Selon l’épidémiologiste à l’OMS Maria Van Kerkhove, citée par la chaîne CNBC, une étude réalisée sur des patients à Shanghai a révélé que certains d’entre eux ne «développaient pas d’anticorps» tandis que d’autres avaient une réponse très élevée.

«Nous devons vraiment mieux comprendre à quoi ressemble cette réponse en termes d’immunité», souligne Mme Van Kerkhove.

Un précédent en Corée du Sud

Le 13 avril, la ministre sud-coréenne des Affaires étrangères Kang Kyung-wha a fait savoir que certains patients «complètement guéris» selon les médecins avaient à nouveau été «testés positifs quelques jours plus tard».

Pour sa part, le président du conseil scientifique sur le Covid-19, le professeur Jean-François Delfraissy, avait déjà prévenu que dans certains cas les anticorps nécessaires pouvaient n’apparaître que 28 jours après la contamination initiale.

Lire aussi:

L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Tags:
pandémie, immunité, Covid-19, OMS
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook