Santé
URL courte
Études sur le coronavirus – avril (50)
303810
S'abonner

Des chercheurs de l’université du Zhejiang ont identifié au moins une trentaine de mutations du SARS-CoV-2, lesquelles peuvent influer sur le développement de la maladie. Les souches les plus agressives sont répandues en Europe, celles qui le sont moins sont présentes aux États-Unis. L’étude a été prépubliée sur le portail MedRxiv.

La pathogenèse du nouveau coronavirus peut être différente en fonction de la souche de son agent pathogène, le SARS-CoV-2, ont découvert des scientifiques de l'université du Zhejiang. La prépublication de leur étude a été diffusée sur le portail MedRxiv.

Ils ont étudié les échantillons de 33 mutations du coronavirus obtenues chez 11 patients choisis de manière aléatoire dans la ville chinoise de Hangzhou, et ont analysé avec quelle vitesse les différentes souches du virus pénétraient dans les cellules humaines puis les détruisaient.

Les mutations les plus agressives trouvées chez les patients sont celles répandues en Europe, alors que les moins actives sont celles qui sévissent aux États-Unis, en particulier dans l’État de Washington.

La charge virale différente

Les auteurs de l’étude affirment que les mutations du coronavirus peuvent conduire au changement du développement de la maladie. Les souches les plus agressives pourraient être d’une charge virale (nombre de copies du virus par millilitre de plasma) 270 fois supérieure à celle des souches les plus faibles.

Cependant, les mutations moins agressives ne sont pas associées à une diminution du risque de mort. Ainsi, deux patients de 30 et 50 ans, contaminés par des souches plus faibles, ont développé des formes graves de la maladie. Les deux ont guéri, bien que la personne la plus âgée ait été transférée en soins intensifs.

Auparavant, les scientifiques de Cambridge avaient dévoilé trois types de coronavirus. Le type A était apparu à Wuhan et est actuellement le plus répandu aux États-Unis et en Australie. Sa mutation ultérieure en type B est revenue en Chine. Plus tard, il a muté en type C et s’est propagé en Europe.

Dossier:
Études sur le coronavirus – avril (50)

Lire aussi:

Didier Raoult rejette une étude «foireuse» sur l'inefficacité de l'hydroxychloroquine
Rachida Dati se confie sur son mariage «forcé» avec «un Algérien»
Moyen-Orient: nouvelle guerre froide entre la Chine et les États-Unis
Tags:
Université de Zhejiang, Chine, souche de coronavirus, étude, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook