Santé
URL courte
Études sur le coronavirus – mai 2020 (46)
311473
S'abonner

Des scientifiques disent avoir identifié une souche du nouveau coronavirus qui, depuis son apparition en février en Europe et sa rapide propagation aux États-Unis, se montre plus contagieuse que celle qui circulait pendant les premières semaines de l’épidémie en Chine, écrit Los Angeles Times.

Une étude menée par des chercheurs du laboratoire national de Los Alamos a révélé l’existence d’une souche du nouveau coronavirus responsable, selon eux, de la rapide propagation du Covid-19 en Europe et aux États-Unis à partir du mois de février, relate Los Angeles Times.

Les scientifiques ont notamment analysé 6.000 séquences de virus provenant de plusieurs pays du monde après quoi ils ont réussi à identifier 14 mutations qui ont eu lieu parmi environ 30.000 paires de base d’ARN constituant le génome de l’agent pathogène.

L’étude a été concentrée sur la mutation baptisée D614G qui s’est avérée responsable du changement des fameuses protubérances protéiques à l’aide desquelles le virus entre dans les cellules humaines.

D’après l’étude, partout où cette dernière souche est apparue, elle a rapidement infecté beaucoup plus de personnes que les souches antérieures issues de Wuhan, en Chine. Ainsi en quelques semaines, c'était la seule souche qui était répandue dans certains pays. Sa prédominance sur ses prédécesseurs montre qu’elle est plus contagieuse bien que les raisons n’en soient pas encore évidentes.

Par exemple, Washington a été parmi les premiers États américains touchés par la souche d'origine fin février, mais déjà le 15 mars, la souche mutée avait commencé à dominer. New York a été frappée par le virus d'origine vers cette date, mais en quelques jours, la nouvelle souche a pris le relais.

L'étude de Los Alamos n'indique pas que la nouvelle souche du virus est plus meurtrière que celle d’origine, mais les personnes infectées par la souche mutée semblent avoir une quantité de particules virales plus élevée.

En plus de se propager plus rapidement, la nouvelle souche peut rendre les personnes guéries vulnérables à une réinfection, avertit le rapport.

Quoi qu’il en soit, l'étude prévient que si la pandémie ne diminue pas à mesure que le temps se réchauffe, le virus pourrait subir d'autres mutations pendant que les scientifiques préparent les premiers traitements médicaux et des vaccins.

Dossier:
Études sur le coronavirus – mai 2020 (46)

Lire aussi:

Pass sanitaire: des sanctions «totalement disproportionnées» pour les récalcitrants?
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Un système de DCA russe détruit l’ensemble des missiles israéliens ayant visé une ville syrienne
Tags:
virus, maladies, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook