Santé
URL courte
2205
S'abonner

Le test russo-japonais pour diagnostiquer le coronavirus a été approuvé par un centre de recherche français pour être mis en œuvre en France, qui est de surcroît devenue le premier pays européen à approuver l'utilisation de mini-laboratoires mobiles, fait savoir Le Fonds russe des investissements directs.

Le Fonds russe des investissements directs (RDIF) a annoncé avoir obtenu une autorisation en France pour mettre en œuvre l’ensemble de tests russo-japonais de diagnostic du coronavirus produit par l’entreprise EMG.

La procédure a été testée et certifiée par des spécialistes du Centre national de référence des infections respiratoires de l'Institut Pasteur, qui a donné le 5 mai un avis favorable à l'utilisation de mini-laboratoires mobiles et de réactifs en France. Ainsi, la France est le premier pays européen à approuver l'utilisation de mini-laboratoires mobiles d’EMG.

«L'approbation de l'un des plus grands centres de recherche du monde est un signe supplémentaire de la qualité du système russo-japonais qui a déjà fait ses preuves en Russie et au Moyen-Orient. Grâce à l'utilisation du système en France, la disponibilité des tests, la rapidité d'obtention des résultats et l'efficacité des mesures de détection des infectés au coronavirus vont augmenter. Les systèmes mobiles permettent aux grandes entreprises européennes de continuer à travailler dans un contexte de pandémie tout en conservant des employés», a fait savoir Kirill Dmitriev, directeur général du RDFI.

MSE Group, la société partenaire d'EMG qui représente ses intérêts en Europe, a officiellement commencé à aider les plus grandes entreprises françaises à tester leurs employés. Elle prévoit de fournir jusqu'à 100 laboratoires mobiles et de réaliser 500.000 tests en France au cours des deux prochains mois.

Premières commandes

Actuellement, MSE Group négocie avec les entreprises du secteur pharmaceutique et du secteur des services, ainsi qu'avec les laboratoires, pour augmenter le nombre de tests réalisés en France.

Le premier client à acheter 12 mini-laboratoires mobiles était Orange Marine, marque commerciale de la société France Télécom Marine. Orange Marine est spécialisée dans la pose de nouveaux câbles sous-marins et la maintenance des câbles existants, elle travaille dans le monde entier et est un des leaders du secteur.

Des commandes de plus de deux millions de tests ont déjà été faites par 40 des plus grandes entreprises russes, alors que la demande mondiale de tests dépasse actuellement les 20 millions.

Les procédures de diagnostic sont adaptées aux laboratoires fixes et aux mini-laboratoires portables sans équivalent dans le monde et sont prêtes à être utilisées partout.

Lire aussi:

Un camion force son passage parmi des manifestants à Minneapolis prêts à lyncher le conducteur – vidéos
«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Le couvre-feu et la Garde nationale à Washington suite aux manifestations devant la Maison-Blanche - vidéos
Tags:
santé, Russie, France, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook