Santé
URL courte
2020105
S'abonner

Une nouvelle souche de l’hépatite E provenant des rats gagne du terrain depuis quelques mois à Hong Kong. Alors qu’elle a déjà entraîné l’hospitalisation de dizaines de personnes, un rapport a été transmis à l’OMS.

Une nouvelle souche de l’hépatite E transmise par des rats, maladie également connue sous le nom de VHE du rat, a été découverte il y a quelques mois à Hong Kong.

Une dizaine de personnes ayant été testées positives, les médecins n’excluent pas l’existence de centaines d’autres.  

Le cas le plus récent, diagnostiqué le 30 avril, est un homme de 61 ans présentant une fonction hépatique anormale. Le tout premier cas a quant à lui été découvert en 2018, chez un homme de 56 ans qui avait eu une greffe du foie et présentait des fonctions hépatiques anormales sans cause évidente.

Les tests ont établi que son système immunitaire réagissait à l’hépatite E, mais n’ont pas pu identifier la souche humaine dans son sang. L’hépatite E est une maladie du foie provoquant de la fièvre, une jaunisse et une hypertrophie de l’organe. Le virus se présente en quatre espèces, dont une seule était connue pour infecter les humains.

Inquiétude des chercheur

Après avoir amélioré les tests, les chercheurs ont découvert l’hépatite E du rat chez cet homme.

«Ce qui est inquiétant, c’est que ce virus peut passer de l’animal à l’homme. Cette infection était si inhabituelle et sans précédent que l’équipe s’est demandée s’il s’agissait d’un incident ponctuel, ou d’un patient qui était au mauvais endroit au mauvais moment», a déclaré le microbiologiste Siddharth Sridhar, l’un des chercheurs à l’origine de la découverte.

Les spécialistes ont transmis à l’OMS un rapport afin d’alerter tous les pays et de les aider à se préparer en cas de nouvelle épidémie.

Lire aussi:

La Palestine qualifie de «trahison» l'accord israélo-émirati et rappelle son ambassadeur à Abou Dhabi
Augmentation de plus en plus forte du nombre journalier de cas de Covid-19 en France
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
Tags:
rapport, chercheurs, Hong Kong, hépatites, virus, OMS
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook