Santé
URL courte
12947
S'abonner

En réaction à une polémique créée par l’entreprise française Sanofi de servir les États-Unis en premier si elle trouve un vaccin contre le Covid-19, le Premier ministre Philippe a lancé à son tour que «l'égal accès de tous au vaccin n'est pas négociable».

Affirmant que «l'égal accès de tous au vaccin n'est pas négociable», Édouard Philippe a rassuré sur Twitter que le président de Sanofi lui avait confirmé la distribution en France d’un éventuel vaccin du laboratoire, commentant ainsi de récentes déclarations de l’entreprise soulignant qu’elle servirait les États-Unis en premier si elle trouvait un vaccin contre le nouveau coronavirus.

«Comme l'a indiqué Emmanuel Macron, un vaccin contre le Covid-19 devra être un bien public mondial», a souligné de son côté M.Philippe, se référant notamment aux déclarations du chef de l'État du 24 avril devant l'Organisation mondiale de la santé, informe l’AFP.​

Emmanuel Macron «ému» par les propos du patron de Sanofi

Le Président Macron s'est «ému» des déclarations de l’entreprise Sanofi concernant un vaccin éventuel contre le Covid-19, et a appelé de nouveau à ce que ce vaccin soit «extrait des lois du marché», selon le palais de l’Élysée, cité par l’AFP.

«Les efforts déployés ces derniers mois montrent qu'il est nécessaire que ce vaccin soit un bien public mondial, extrait des lois du marché», a indiqué la présidence, en précisant que le chef de l'État recevrait des dirigeants de Sanofi en début de semaine prochaine.

L’UE réagit: un accès «équitable et universel»

À son tour, la Commission européenne a également tenu à souligner que l’accès à un vaccin contre le coronavirus devait être «équitable et universel», selon son porte-parole Stefan de Keersmaecker.

«Pour nous, il est très important, dans la mesure où le virus est un virus mondial, de travailler [sur cette question, ndlr] mondialement», a-t-il insisté, selon l’AFP.

La polémique lancée par Sanofi

Auparavant, le directeur général du laboratoire français Paul Hudson avait affirmé à l’agence Bloomberg que le groupe Sanofi servirait les États-Unis en premier s’il trouvait un vaccin contre le nouveau coronavirus, puisque ce pays «partage le risque» des recherches menées à travers un partenariat.

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
La Russie réduit fortement sa livraison de gaz via la Pologne
Tags:
santé, France, Édouard Philippe, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook