Santé
URL courte
1312
S'abonner

Des essais cliniques ont mesuré l’efficacité d’un nouveau traitement pour lutter contre le cancer de la prostate. Il s’agit de l’adaptation de la formule d’un médicament à base d’huile, pour permettre une meilleure absorption.

Des scientifiques de l’université d'Australie-Méridionale ont mis au point une nouvelle formule d’un médicament, qui pourrait aider les patients atteints d’un cancer de la prostate, déclare l’institution dans un communiqué.

Ce médicament, à base d’acétate d'abiratérone, est déjà commercialisé sous le nom de Zytiga. Mais sa nouvelle formule améliore son efficacité de 40%, d’après les essais précliniques réalisés par l’université d'Australie-Méridionale et dont les résultats ont été publiés dans la revue International Journal of Pharmaceutics.

Cette nouvelle version doit en particulier atténuer les effets secondaires de l’actuel médicament, comme le gonflement des articulations et les diarrhées, rapporte le communiqué de l’établissement.

Une formule à base d’huile

La nouvelle formule du médicament, à base d’huile, facilitera l’absorption par l’organisme. Cela doit également permettre de réduire les doses prescrites de 1.000 mg à 700 mg par jour, et d’éviter les deux heures de jeûne, actuellement imposées aux patients avant chaque prise.

«De nombreux médicaments sont peu solubles dans l'eau, donc lorsqu'ils sont ingérés, ils pénètrent dans l'intestin mais ne se dissolvent pas, ce qui signifie que leur effet thérapeutique est limité […] En utilisant des huiles […] nous sommes en mesure d'augmenter considérablement la solubilisation et l'absorption du médicament, le rendant plus efficace», explique dans le communiqué le Dr Hayley Schultz, directeur de l’étude.

Cette nouvelle formule pourrait également ouvrir de plus vastes perspectives, puisqu’elle est «suffisamment flexible pour être adoptée par des milliers de médicaments différents», précise le Dr Hayley Schultz dans la même publication.

Le cancer de la prostate est celui qui est le plus souvent diagnostiqué chez les hommes. En 2018, 1,28 million de cas avaient été recensés, rappelle le communiqué de l’université.

Lire aussi:

Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Le ministère de la Santé confirme plus de 45.000 contaminations en 24h
L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Un Toulousain diffuse la photo du professeur décapité et finit derrière les barreaux
Tags:
médecine, traitement, Australie, médicaments, cancer
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook