Santé
URL courte
Par
0 2411
S'abonner

La paresse d'un organisme sain est un mécanisme protecteur qui permet de se débarrasser d'une lourde charge, a expliqué à Sputnik le psychiatre Pavel Katchalov. Or, s'il s'agit d'une «paresse» où la personne ne peut plus rien faire, cela peut être un signe alarmant de dépression.

Il existe des situations où il est inutile de tenter de se ressaisir en état de paresse – conseil le plus fréquent – et il vaut mieux se précipiter voir un médecin, affirme Pavel Katchalov, psychiatre et membre de la Société psychanalytique de Paris.

«L'Homme est un être paresseux, ce que savent par exemple les chercheurs-linguistes. Ils ont déduit un schéma dans l'évolution de toutes les langues selon lequel au fur et à mesure que les langues évoluent, les gens commencent à avoir la flemme de prononcer les sons difficiles. Ainsi, on les simplifie de génération en génération», explique-t-il dans un entretien à Sputnik.

Par conséquent, la paresse saine protège l'individu d'une surcharge inutile soit imposée par les autres soit que les personnes vigoureuses assument elles-mêmes.

Au contraire, il existe un autre type de paresse lorsqu'on ne veut et ne peut rien faire, ou même ne peut se forcer à faire. C'est un état de malaise où l'aide d'un spécialiste peut être nécessaire:

«Il s'agit vraisemblablement de la dépression. Si l'on est atteint de ce trouble mental, il faut consulter un psychiatre», pointe M.Katchalov. «Toute personne qui a soudainement changé et qui a cessé de ressembler à son ancien soi est soudainement devenue incapable de faire les efforts les plus simples, il faut conseiller à cette personne de faire appel à un psychiatre ou de recourir aux antidépresseurs. Si cela devient un problème récurrent, le traitement aidera», assure-t-il.

Lire aussi:

Une voiture fonce sur une terrasse en centre-ville de Fontainebleau, plusieurs blessés
Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
Sous-marins australiens: «Ce qu'il vient de se passer» pèsera sur l’avenir de l’Otan, selon Le Drian
Tags:
paresse, paresseux, dépression, antidépresseurs, psychiatres, troubles psychiques
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook