Santé
URL courte
149
S'abonner

Des scientifiques américains ont annoncé avoir mis au point un vaccin contre le coronavirus qui devrait être administré aux patients par le nez et qui permettra à l'organisme de développer des anticorps par la suite. Toutefois, les essais n’ont été menés que sur des souris pour l’heure, fait savoir la revue Cell.

Une équipe de chercheurs américains a annoncé la création d'un vaccin nasal contre le coronavirus, rapporte la revue scientifique Cell. Le médicament lutte contre l'infection après injection par le nez. Il a été inventé par des scientifiques de l'École de médecine de l'université Washington de Saint-Louis (Missouri).

Selon la publication, une dose de vaccin aide à développer un grand nombre d'anticorps dans les voies respiratoires supérieures et inférieures.

Les scientifiques eux-mêmes affirment que le produit pourrait réduire sensiblement le risque de transmission et réduire le taux de propagation de la pandémie. Pour l'instant, le vaccin n'a été testé que sur des souris.

Le mécanisme du vaccin

L’adénovirus qui provoque d’habitude le rhume a été attaché par les scientifiques à une protéine S qui participe à la contamination des cellules par coronavirus. Des mutations ont été apportées à la protéine, contribuant à la formation des anticorps contre le SRAS-CoV-2.

De plus, l'adénovirus a également été neutralisé et fonctionne comme une sorte de «moyen de transport» pour la protéine S.

À cet égard, le mécanisme du vaccin américain ressemble à celui enregistré précédemment par la Russie. Son principe consiste également à introduire des éléments de coronavirus à des particules d'adénovirus puis à organiser une immunité forte et durable face au Covid-19 ainsi qu’une plus faible contre les adénovirus.

Lire aussi:

Joe Biden se fracture le pied en jouant avec son chien - images
Un Français assassiné au Mexique pour ses grands crus
La Haute autorité de santé recommande un groupe prioritaire à vacciner
Tags:
santé, vaccin, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook