Santé
URL courte
Par
274
S'abonner

Le système immunitaire souffre sérieusement des infections virales graves mais le mécanisme biologique du processus restait nébuleux. Désormais, des chercheurs australiens ont décrypté cette activité et expliqué comment les infections graves détruisent le système immunitaire, fait savoir la revue Nature Immunology.

Des scientifiques australiens ont identifié les mécanismes qui conduisent à une détérioration fonctionnelle du système immunitaire en réponse à des infections virales graves comme le VIH ou le Covid-19, selon les résultats de l'étude qui a été publiée dans la revue Nature Immunology.

Les infections virales graves et le cancer causent des troubles du système immunitaire en réprimant les cellules T. Ce processus est baptisé épuisement immunitaire. Pour lutter contre cela, les scientifiques développent de nouveaux traitements mais le mécanisme biologique du processus lui-même n'est pas totalement compris.

De ce fait, des scientifiques australiens ont décidé de découvrir quand et comment les cellules T perdent leur fonction et deviennent «épuisées».

Découvertes de l’étude

Autrefois, les chercheurs pensaient que lors d’infections graves, les cellules T perdaient leurs fonctions lentement, pendant une longue période. Cependant, les résultats de l'étude montrent qu’elles peuvent être endommagées en quelques jours.

«Cette découverte est excitante, particulièrement dans le contexte du Covid-19, quand l’une de principales questions consiste en pourquoi certaines personnes développent une malade grave alors que d’autres l’éprouvent sous une forme légère», indique le communiqué de presse qui cite le directeur de l'étude, Daniel Utzschneider.

Les auteurs ont étudié sur les souris les effets du virus de la chorioméningite lymphocytaire, qui sert de modèle pour les infections virales graves chez les humains, et ont mis en évidence les différences entre la forme grave et légère de l'infection au niveau moléculaire et fonctionnel qui se produisent immédiatement après le début de la maladie.

«En réponse à de vastes infections qui sont difficiles à éliminer et qui peuvent devenir chroniques, les fonctions des cellules T sont réprimées pendant plusieurs jours, tandis que les cellules T qui répondent à une infection plus faible restent très fonctionnelles», explique un autre chercheur, Sarah Gabriel.

L’activité des cellules T est à la base de l'immunothérapie du cancer, c'est pourquoi il est important de comprendre comment les infections virales les affectent, expliquent les scientifiques.

«Ces découvertes sont extrêmement intéressantes. Nos résultats montrent que les lymphocytes T peuvent être manipulés aux premiers stades d'une infection virale grave afin d'améliorer leur activité», note  Axel Kallies, qui a également participé à l'étude.

Pour poursuivre ses recherches sur l'épuisement des cellules T, Daniel Utzschneider a récemment reçu une bourse du Conseil national de la santé et de la recherche médicale australien.

Lire aussi:

L’UE réagit aux sanctions contre l’Iran rétablies unilatéralement par les États-Unis
Notre-Dame: les experts forestiers jugent la nouvelle charpente en chêne «résolument moderne» - vidéo
Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Tags:
immunité, Covid-19, science, santé, étude
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook