Santé
URL courte
2352
S'abonner

Cultivés par le passé exclusivement dans les cours impériales, les champignons shiitake sont actuellement très populaires en Asie pour leurs effets thérapeutiques. Au Japon, ils sont intensivement utilisés en pharmacologie pour les médicaments anticancéreux, fait savoir à la radio Sputnik le rédacteur en chef d’un magazine de myciculture.

Parmi les propriétés thérapeutiques des champignons shiitake, son effet anticancéreux est le plus puissant, a estimé dans une interview à la radio Sputnik le rédacteur en chef d’un magazine sur la myciculture, Alexander Khrenov. En Chine et au Japon, les champignons shiitake sont populaires notamment pour ces propriétés.

«Auparavant, [les champignons shiitake] n’étaient cultivés que dans les cours des empereurs, et maintenant c’est le champignon numéro un grâce aux marchés japonais et chinois», a estimé le spécialiste.

Et d’ajouter que tous les champignons comestibles sont bons pour la santé car ils contiennent des vitamines et des acides aminés. Cependant, les champignons shiitake renforcent également le système immunitaire.

«Ils ont des immunomodulateurs très puissants, lesquels sont utilisés pour en produire des médicaments anticancéreux», a souligné l’expert.

Alexander Khrenov a fait valoir qu’environ dix millions de tonnes de ce type de champignons sont cultivées rien qu’en Chine:

«Chaque famille chinoise [en] consomme chaque semaine. Au Japon, il est également très populaire, mais là-bas, il est utilisé pour créer des médicaments anticancéreux. Il ne s’agit pas de médecine traditionnelle, mais de pharmacologie», a déclaré le spécialiste.

Lire aussi:

Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
Orage dans le Doubs: des grêlons géants brisent tout – photos
Les Républicains en tête des régionales en France, devant le RN et la gauche, selon des estimations
Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
Tags:
médecine, Chine, Japon, cancer, champignons
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook