Santé
URL courte
Par
4330
S'abonner

Des chercheurs ont trouvé une méthode plus efficace pour traiter le coronavirus que la ventilation artificielle. Il a été testé dans un hôpital de Russie. Le président de la Société scientifique russe des immunologistes a indiqué qu’il était question d’inhalations avec des mélanges hélium/oxygène chauffés à haute température.

La méthode de traitement du coronavirus par inhalation à l’aide de mélanges hélium/oxygène chauffés à haute température a été testée dans un hôpital de la république des Komis, dans le nord de la Russie. Un seul des 50 patients atteints du coronavirus a eu besoin d’une ventilation artificielle après de telles inhalations, a déclaré aux journalistes le président de la Société scientifique russe des immunologistes, Valery Tcherechnev.

«Le système a été testé à l'hôpital des Komis. Nous avions 50 personnes, toutes ont survécu. Il s'agissait de patients graves. Seulement un a été transféré en ventilation artificielle», a précisé M.Tcherechnev en ajoutant que l’expérience avait donné un résultat positif et que la production était en cours.

Un avantage sur la méthode habituelle

D’après lui, la ventilation artificielle des poumons est une charge assez lourde pour l’organisme. C’est pourquoi, dans le contexte de la pneumonie en progression liée au Covid-19, lorsque la surface respiratoire diminue fortement, le mélange hélium/oxygène chauffé à 90-95 degrés dépasse de loin la ventilation artificielle.

En outre, les microbiologistes ont décidé d'améliorer les appareils initialement utilisés pour de telles inhalations et de créer des systèmes séparés d'air inhalé et expiré, selon M. Tcherechnev.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
Russie, traitement, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook