Santé
URL courte
Par
17487
S'abonner

Alors que le premier cas confirmé de Covid-19 a été constaté aux États-Unis mi-janvier, les médecins de Los Angeles ont enregistré à partir du 1er décembre 2019 une hausse suspecte du nombre de patients souffrant de toux. Des chercheurs n’excluent pas que des victimes du coronavirus soient parmi eux.

Étant actuellement le pays le plus touché par le Covid-19, les États-Unis ont officiellement enregistré le premier cas de la maladie le 21 janvier. Toutefois, certains indices font penser que le coronavirus aurait pu atteindre le territoire américain plus tôt, écrit le Los Angeles Times.

Une telle hypothèse a été évoquée par des chercheurs de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA) qui ont analysé le nombre de personnes atteintes de toux qui s’étaient adressées aux hôpitaux affiliés à l’UCLA entre début décembre et fin février.

Chiffres clés

Il s’est avéré que, sur cette période, les médecins ont traité 2.938 personnes avec de la toux, soit environ 1.047 de plus que le nombre moyen de patients souffrant du même mal au cours de la même période ces cinq dernières années.

C'était également environ 739 de plus que le nombre de patients admis à l'hiver 2016-2017, qui jusqu'à 2019 avait été la saison de toux la plus importante pour les établissements de santé depuis 2014.

Enfin, 1.138 patients ont été hospitalisés durant ces 12 semaines pour insuffisance respiratoire aiguë. C'était environ 387 de plus que le nombre moyen de patients avec ce syndrome admis au cours des cinq hivers précédents, et environ 210 de plus que le nombre de malades admis à l'hiver 2018-2019, le pire des cinq hivers précédents.

«Un nombre significativement plus élevé de patients souffrant de troubles respiratoires et de maladies à partir de la fin décembre 2019 et se poursuivant jusqu'en février 2020 suggère une propagation communautaire du SARS-CoV-2 avant que la sensibilisation clinique et les capacités de test aient été établies», estime le docteur Joann Elmore, professeur de politique et de gestion de la santé à l'UCLA, cité par le quotidien.

Le sommet de l'iceberg

Cette hypothèse est d’autant plus probable que, selon les dernières recherches, 40% des personnes infectées par le SRAS-CoV-2 ne développent jamais de symptômes de la maladie ou manifestent des symptômes mineurs. Cela signifie, concluent les chercheurs, que les patients qui se sont rendus dans une clinique ou à l’hôpital ne sont probablement que le sommet de l'iceberg.

Quoi qu’il en soit, même s’il n’est pas possible de savoir avec certitude la date d’apparition du virus à Los Angeles ou ailleurs aux États-Unis, les chercheurs estiment que leur étude fournit des détails importants pour les autorités sanitaires surtout quand il s’agit des mesures préventives pour éviter une nouvelle épidémie.

Lire aussi:

Brûler vif une personne n’a pas été reconnu comme un acte barbare par la cour d’assises de Douai
Appelés pour des cris et des insultes provenant d’un appartement, les policiers découvrent une drôle de situation
Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
Tags:
Wuhan, symptômes, Californie, Los Angeles Times, Los Angeles, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook