Santé
URL courte
Par
2632137
S'abonner

Alors que la propagation du nouveau coronavirus était faible au début mais s’est intensifiée avec le temps, des scientifiques polonais ont établi que le phénomène était lié à des superinfecteurs, relate la revue Royal Society Open Science.

Les personnes surnommées superinfecteurs sont la raison de l’expansion de la pandémie de Covid-19 dans le monde entier, selon les scientifiques de l'Académie polonaise des sciences et de l'université de Varsovie. Les résultats de leurs recherches ont été publiés dans le journal Royal Society Open Science.

Au début de l'épidémie, les experts ont évalué l'indice de reproduction du virus, soit le nombre de personnes infectées à partir d'un seul cas, et il était compris entre 2 et 4. Toutefois, grâce à un nouveau modèle de calcul, les chercheurs en ont conclu qu'au cours d'une période de croissance exponentielle du nombre de cas en Chine, en Italie, en France et dans d'autres pays, ce taux a pu atteindre 11,4 en raison des superinfecteurs, des personnes infectées ayant une plus grande probabilité de propager le virus.

La simulation informatique a révélé deux phases de diffusion. Au début, la contamination a été lente, mais a ensuite été beaucoup plus intense avec l'arrivée de 1% des superinfecteurs lors des manifestations massives.

Pour en arriver à ces conclusions, les scientifiques ont étudié des données réelles insérées dans une simulation informatique destinée à modéliser la progression de la pandémie. Celle-ci a montré la sous-estimation du taux de reproduction aux premiers stades de la pandémie parce que la probabilité de propagation virale lors d’un événement de super-propagation (où beaucoup des superinfecteurs sont présents) est faible.

Lire aussi:

Un certain nombre de départements français vont introduire un couvre-feu, selon le gouvernement
Radicalisme religieux: l’islamisme qui cache la forêt?
Darmanin «choqué» par les rayons de la cuisine communautaire dans les hypermarchés
Tags:
pandémie, laboratoire, santé, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook