Santé
URL courte
Par
5576
S'abonner

Le manque de vitamine D peut provoquer différents cancers, affirme Fatima Dzgoeva du Centre d’endocrinologie dans un entretien au média russe AIF. Pourtant, elle déconseille d’en prendre des quantités excessives sans consulter un médecin car une surdose pourrait aussi être dangereuse.

Une opinion répandue affirme que la vitamine D est surtout nécessaire aux enfants en prévention du rachitisme et aux personnes âgées pour réduire le risque de développement de l'ostéoporose. Toutefois ces propos sont erronés, selon la nutritionniste Fatima Dzgoeva, médecin au Centre d’endocrinologie, qui l’a expliqué dans un entretien au média russe AIF.

En fait, la vitamine D est une prohormone contribuant à la production d’hormones dans l'organisme. C’est pourquoi une carence peut déclencher des maladies assez sérieuses, a-t-elle précisé.

Selon elle, un niveau insuffisant de vitamine D est lié à un risque augmenté de développement de certains cancers, comme ceux de la prostate, du sein, du côlon. En revanche, le déficit en vitamine se reflète faiblement sur les systèmes cardio-vasculaire et nerveux.

Les symptômes d’une carence en vitamine D

Parmi les symptômes d’un manque de vitamine D, les médecins mettent en relief la nervosité, l'irritabilité, les douleurs dans les muscles et les os, les troubles du sommeil, la fatigue chronique, des déséquilibres, une transpiration excessive de la tête, voire la perte des cheveux.

La nutritionniste a prévenu qu’il ne fallait prendre de la vitamine D qu’après une consultation médicale.

«Il y a plus d’inconvénients que d’avantages à prendre cette substance bénéfique n’importe comment», a averti Fatima Dzgoeva.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Tags:
cancer, santé, vitamines
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook