Santé
URL courte
Par
61018
S'abonner

Alors que les essais pour de potentiels vaccins contre le Covid-19 se multiplient, des scientifiques songent à des modes d’administration alternatifs par le nez ou la bouche. Une idée qui séduit plusieurs institutions à travers le monde.

Des scientifiques réfléchissent à des vaccins contre le Covid-19 vaporisables dans le nez ou la bouche, rapporte le groupe médiatique Bloomberg. Des modes de vaccination dont l’efficacité serait plus grande qu’une simple injection car ils cibleraient directement les cellules des voies respiratoires infectées par le virus.

Les fabricants de ces vaccins par inhalation comptent sur les caractéristiques des muqueuses du nez, des poumons ou de la bouche. Ces dernières contiennent en effet des niveaux élevés d’immunoglobulines A, qui jouent un rôle important dans la protection contre les virus respiratoires. La stimulation de cette ligne de défense immunitaire pourrait protéger les zones plus profondes des poumons, où le SRAS-CoV-2 fait le plus de dégâts, selon les scientifiques.

«C'est un virus qui se transmet par vos voies respiratoires, donc si vous voulez un vaccin prévenant l'infection et la transmission, vous voulez une réponse d’anticorps dans votre nez, dans vos poumons», déclare ainsi à Bloomberg Robin Shattock, spécialiste des maladies infectieuses à l'Imperial College de Londres.

Des études dans plusieurs pays

Cette alternative à l’injection est étudiée par plusieurs institutions. Outre l'Imperial College de Londres, qui table sur une administration par aérosol via un embout buccal, des expérimentations sont aussi menés en Asie et aux États-Unis. L’université de Hong Kong travaille ainsi sur un vaccin intranasal qui offrirait simultanément une protection contre la grippe et contre le Covid-19. La première phase des tests sur l'homme devrait débuter le mois prochain.

Aux États-Unis, la société Altimmune Inc prévoit également de lancer des tests sur l'homme pour un vaccin par voie intranasale, après des études positives sur des souris menées par l'université d'Alabama.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
Imperial College London (ICL), Hong Kong, nez, vaccin, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook