Santé
URL courte
Par
0 285
S'abonner

Les douleurs thoraciques ne sont pas les seuls signes annonciateurs d’une crise cardiaque, des épisodes de fatigue et d’essoufflement peuvent survenir plusieurs semaines avant une attaque. Les femmes sont plus susceptibles d’être sujettes à ces symptômes que les hommes.

Des symptômes indolores et presque imperceptibles peuvent indiquer l’approche d’une crise cardiaque, selon des cardiologues britanniques. La fatigue et les essoufflements sont en particulier des signes avant-coureurs, qui peuvent alerter sur une prochaine attaque.

«Une crise cardiaque ne tombe pas forcément de nulle part, comme un évènement soudain. Deux personnes sur trois présentent des symptômes tels que l'essoufflement et la fatigue dans les jours voire les semaines précédant une crise cardiaque», explique le cardiologue Tim Cripps sur le site de l’assurance maladie britannique Bupa.

D'autres, comme des suées ou divers étourdissements peuvent également laisser présager d’une crise cardiaque, ajoute le spécialiste.

Surtout chez les femmes

Ces signes avant-coureurs sont en particulier à surveiller chez les femmes, confie Tim Cripps sur le site de Bupa. Celles-ci sont en effet moins enclines à présenter les symptômes traditionnels.

«Bien que la plupart des gens, hommes et femmes, présentent le symptôme bien connu d'une douleur thoracique écrasante, les femmes sont susceptibles d'avoir moins de symptômes typiques», écrit ainsi Tim Cripps.

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité chez les femmes en France, devant les cancers, selon le dernier recensement publié par Santé publique France.

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie» 
Que pensent les Français d’une éventuelle conquête par le RN d’une ou plusieurs régions?
Une personne vaccinée peut-elle être considérée comme cas contact?
Tags:
santé, cancer, fatigue, crise cardiaque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook