Santé
URL courte
Par
0 140
S'abonner

Une nouvelle étude menée par des scientifiques américains a confirmé que le sucre est honni pour de bonnes raisons. Selon leurs recherches, cet aliment qui augmente les risques d’obésité et de diabète peut également aggraver les symptômes de ceux qui souffrent d’un déficit d'attention avec hyperactivité.

Des scientifiques de l'Université du Colorado aux États-Unis ont découvert que la consommation excessive de sucre pouvait être associée au trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH). Les résultats de leurs recherches ont été expliqués dans un communiqué de presse publié sur MedicalXpress.

Selon ces chercheurs, le fructose, sucre simple, et l'acide urique produit lors du métabolisme du glucose, augmentent le risque de troubles du comportement. Cela est dû à une propriété du fructose: celle de gaspiller l'énergie du corps, en provoquant chez son consommateur une réaction visant la recherche de nourriture, similaire à celle observée pendant le jeûne.

Ainsi, le fructose stimule la prise de risque, l'impulsivité, la nouveauté, la prise de décision rapide et l'agressivité. La suractivation de ce processus due à une consommation excessive de sucre peut provoquer un comportement impulsif pouvant aller du TDAH au trouble bipolaire ou encore à l'agressivité.

Un risque de démence établi

Auparavant, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a annoncé dans un communiqué publié le 17 juin que la consommation excessive de sucre augmenterait le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Cette étude a été menée sur 2.800 Français de plus de 65 ans pendant 12 ans.

Lire aussi:

L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Pour Macron, «le pic de la seconde vague est passé», une «nouvelle étape» s'annonce
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Tags:
symptômes, activité physique, santé, sucre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook