Santé
URL courte
Par
EpiVacCorona, deuxième vaccin russe contre le Covid-19 (20)
0 353
S'abonner

Le deuxième vaccin russe contre le Covid-19, EpiVacCorona, ne présente pas de danger pour la santé reproductive, a annoncé à Sputnik l'agence sanitaire russe en se basant sur des données préliminaires.

D'après de premiers résultats, le vaccin anti-Covid russe EpiVacCorona n'est pas dangereux pour la fonction reproductrice.

«Le cycle complet d'études sur la toxicité reproductive du vaccin EpiVacCorona prendra fin en décembre 2020. Injecté une et deux fois lors des essais sur les souris et les lapins, le vaccin n'a pas produit d’effet toxique», a raconté à Sputnik le service de presse de l'agence sanitaire russe.

Le service de presse de l’agence a précisé que le suivi durable des bénévoles vaccinés par des spécialistes permettra de détecter toute anomalie éventuelle.

Le deuxième vaccin russe contre le Covid-19, EpiVacCorona, développé par le centre de recherche en virologie et biotechnologie Vektor a été enregistré le 13 octobre. Ses essais post-enregistrement débuteront en novembre.

D'autres vaccins russes

Le premier vaccin élaboré au monde contre le nouveau coronavirus, Spoutnik V, a été enregistré en Russie en août. Il a été conçu par le Centre scientifique d’épidémiologie et de microbiologie Gamaleïa de Moscou. Ses essais post-homologation ont débuté à Moscou le 7 septembre.

Selon le ministre de la Santé Mikhaïl Mourachko les résultats des tests du troisième vaccin, créé par le Centre de recherche et de conception de produits immunobiologiques Tchoumakov, seront rendus publics à la mi-décembre.

Dossier:
EpiVacCorona, deuxième vaccin russe contre le Covid-19 (20)

Lire aussi:

Attentat de Nice: un complice présumé de l'assaillant arrêté en Italie
Ces départements qui pourraient être déconfinés avant les autres
Poutine conseille aux autres pays de ne pas «franchir la ligne rouge» avec la Russie
Tags:
impact, reproduction, EpiVacCorona, vaccin du centre russe Vektor
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook