Santé
URL courte
Par
5637
S'abonner

L'association de consommateurs UFC-Que choisir s'est préoccupée de la présence élevée d'oxyde d'éthylène, pesticide non autorisé en Europe, dans certains aliments contenant du sésame. La substance présente des risques cancérogènes et pour la fertilité, met-elle en garde.

Des traces d'un pesticide interdit en Europe ont été détectées dans des produits contenant des graines de sésame, a averti ce 2 novembre dans un communiqué l'association de consommateurs UFC-Que choisir.

«Une contamination élevée à un pesticide interdit en Europe a été détectée dans plus de 250 tonnes de graines de sésame en provenance d'Inde», met en garde la société, soulignant que la liste des produits à risque ne cesse de s'agrandir.

«Ce pesticide est fortement suspecté d'être à la fois cancérogène et délétère pour la fertilité, et donc interdit d'usage en Europe.»

Sa présence est autorisée dans certains produits importés «dans la limite de 0,05 mg/kg», explique l'association.

Cependant, plus de 250 tonnes de graines de sésame se sont avérées contaminées, a appris l'UFC-Que choisir auprès de la Commission européenne. Les taux de contamination retrouvés «dans plusieurs lots en provenance d'Inde étaient jusqu'à 1.000 fois supérieurs à cette limite», selon l'association.

Produits rappelés

Pour l'instant, des bagels de divers distributeurs, du houmous, des biscuits, des barres énergétiques aux céréales et du chocolat Lindt au sésame sont parmi les produits qui ont fait l'objet de rappels.

Les raisons de cette «contamination massive» restent à déterminer.

Lire aussi:

La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
L'armée US reconnaît que sa dernière frappe à Kaboul était une erreur avec «un bilan tragique»
Les talibans conseillent «au jeune Président français» de «ne pas être trop impulsif»
Tags:
Europe, France, pesticide, produits alimentaires
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook