Santé
URL courte
Par
7121
S'abonner

Beaucoup ont de temps en temps le désir de manger quelque chose de sucré. Cette envie vient soit d’un manque de chrome, de magnésium, de vitamines B, soit d’une situation imprévue, de stress, de manque d’énergie, explique à Sputnik la nutritionniste russe Elena Solomatina.

De nombreuses personnes tentent de bien se nourrir au quotidien en excluant les sucreries de leur alimentation. Mais parfois l’envie se fait tenace.

Comme l’a raconté à Sputnik la nutritionniste russe Elena Solomatina, si quelqu’un veut profiter d'un gâteau il doit céder à ce désir puis revenir à un régime normal. L'essentiel est de ne pas se raccrocher à l'idée que c’est une crise, précise la spécialiste.

«Une personne doit se dorloter et ne pas se sentir comme un surhomme, il faut de l’équilibre. Parfois les échecs sont plus utiles que les restrictions sévères», a-t-elle dit.

Manque de certains éléments

Mais si le désir de sucreries ne disparaît pas, cela peut être d’abord expliqué par un manque d’éléments dans le corps.

«Tout d'abord, il peut s'agir d'un manque de chrome, de magnésium, de vitamines B. On peut obtenir du chrome sous forme d'additifs, on le trouve dans la viande, dans les fruits de mer. Le magnésium se trouve dans le sarrasin, dans les légumes verts, dans les graines. Les vitamines B sont à obtenir dans la viande, les glucides complexes, le pain au blé entier, les céréales», a souligné la nutritionniste.

Stress, manque d'énergie

L’autre raison est une situation imprévue, le stress, le manque d'énergie, précise Mme Solomatina.

«Il peut s'agir d'un divorce, de la maladie de proches, ou si une personne ne peut pas recevoir les hormones du plaisir de quelque chose: pas de passe-temps, si elle a arrêté de faire du sport, a pris sa retraite.»

Lire aussi:

Cinq morts, dont un enfant, et des blessés en Allemagne où une voiture a foncé sur des piétons - images
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Tags:
énergie, stress, sucre, santé
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook