Santé
URL courte
Par
2192
S'abonner

Des changements dans la cavité buccale ainsi que sur la tête ou le cou telles que des bosses ou des taches rouges ou blanches qui persistent et ne partent pas pourraient être le signe du développement d’un cancer de la bouche, alertent des médecins de la Fondation britannique pour la santé bucco-dentaire.

La Fondation britannique pour la santé bucco-dentaire a partagé sur son site des conseils sur la façon d'identifier le cancer de cette partie du corps à un stade précoce.

Les médecins recommandent de mettre l'accent sur plusieurs vérifications, en commençant notamment par une recherche de bosses sur la tête et le cou. Par la suite, il faut contrôler toute bosse ou tache rouge ou blanche inhabituelle sur et sous la langue. Ces signes doivent alerter s'ils ne partent pas au bout de trois semaines.

Il est conseillé de passer le doigt sur l'intérieur des deux joues pour voir s’il y a des bosses. Encore une fois, il faut faire attention à toutes taches rouges ou blanches.

Ensuite, il est conseillé d'étudier les gencives et le palais. Pour avoir le bon angle de vision, il faut pencher un peu la tête vers l'arrière. En plus, il est recommandé de passer le doigt sur le palais pour voir s'il n'y a pas de bosses ou de gonflements.

Enfin, les médecins conseillent de vérifier les lèvres et de faire également attention à s’il n’y a pas de taches rouges ou blanches.

Des contrôles réguliers conseillés

Il est recommandé de faire ce test du cancer de la bouche tous les jours.

«Si vous remarquez quelque chose d'inhabituel, rendez-vous chez un dentiste ou un thérapeute», conseille Nigel Carter, le directeur de la Fondation.

Selon lui, il est important de détecter la maladie à un stade précoce, car cela augmente les chances de guérison complète.

«Si le cancer de la bouche est constaté tôt, les chances d'une guérison complète sont bonnes. Cependant, trop de personnes se présentent en retard parce qu'elles n'ont pas d'examens dentaires réguliers. Pour une proportion significative de patients, un retard de trois à six mois dans le diagnostic et le traitement affectera la probabilité de survie à long terme», ajoute la docteure Catherine Rutland.

Lire aussi:

Macron: quand «votre famille parle l'arabe, c'est une chance pour la France»
Caricatures de Mahomet: Daech «prépare des attentats en Europe à Noël», selon un ex-agent du MI6
L’hiver arrive: la France est-elle dans une situation «prérévolutionnaire»?
Une «méga-catastrophe» menace les États-Unis, selon des experts
Tags:
alerte, médecine, santé, cancer
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook