Santé
URL courte
Par
116616
S'abonner

La non consommation de viande rouge provoque une chute du taux d'hémoglobine dans le sang, ce qui à son tour pourrait mener à l’anémie et par conséquent provoquer le développement d’autres maladies, y compris des cancers, fait savoir l'endocrinologue russe Zoukhra Pavlova sur Instagram.

L'endocrinologue russe Zoukhra Pavlova a expliqué sur Instagram que le refus de consommer de la viande rouge augmentait le risque d'anémie lié à la réduction d'hémoglobine dans le sang.

Les personnes qui souffrent d'anémie, comparé à ceux qui ne sont pas dans cette situation, ont plus de risques de développer des maladies graves, comme l'hypertension et l'hypothyroïdie, ainsi qu’une maladie coronarienne et l'apparition de tumeurs malignes, a averti sur son Instagram le médecin.

En outre, la consommation de viande est indispensable à la densité minérale normale des os. En ce sens, elle est particulièrement nécessaire aux jeunes femmes, selon le médecin.

Et les risques liés à la consommation de viande rouge?

Concernant la viande rouge, il ne faut pas la confondre avec les saucisses. Toutefois, dans le premier cas, il s'agit d'un produit naturel, et dans le deuxième, d’un transformé.

L'endocrinologue estime qu'il ne faut pas renoncer à la viande rouge. Mais il faut éviter d'en abuser et la préparer correctement.

«Le mode de cuisson peut transformer n’importe quel aliment, même le plus sain, en toxique. La friture est la transformation de protéines, de graisses et de glucides utiles en cancérogènes. Les modes idéaux de la cuisson de la viande sont la cuisson à la vapeur, la préparation sous-vide ou la cuisson longue durée au four à basse température basse», a conseillé Zoukhra Pavlova.

Lire aussi:

Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Tags:
santé, maladies, cancer, viande
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook